• Actualités

Nouvelles

Publicité

Publicité

Archives des nouvelles

2019

2018

2017

2016

2015

2014

Saint Joseph : le saint qui m’a montré comment aimer en silence

12-03-2019

Montréal

À l'approche de la fête liturgique de saint Joseph, le 19 mars prochain, Erika Jacinto témoigne de sa dévotion envers l'époux de la Bienheureuse Vierge Marie et le père adoptif de Jésus.

Durant mon enfance, j’imaginais toujours saint Joseph comme un être pur, vierge et chaste. Ce n’est qu’à mon arrivée à Montréal, il y a près de 20 ans, que j’ai réellement commencé à apprécier sa vie et sa spiritualité, car j’y ai découvert la plus grande basilique érigée en son honneur. Émerveillée par cet imposant monument, j’ai eu envie de tout savoir sur saint Joseph et sur sa dévotion.

C’est sa foi profonde en Notre-Seigneur Jésus-Christ et sa relation avec Lui, par la maîtrise du silence et de l’obéissance – deux puissants ingrédients pour vivre une vie intérieure remplie grâce à un dialogue continu et direct avec le Christ pour ne faire qu’un avec Lui – que j’ai été le plus touchée par lui. J’en suis venue à l’imaginer entièrement plongé dans le silence de la prière et dans le dévouement. Lorsqu’il a, par exemple, appris que sa femme était enceinte en dépit de sa virginité, il est resté silencieux, cherchant à trouver une solution appropriée. Puis, la lumière de Dieu est venue à lui pour l’avoir assurément recherchée depuis le début. Et, c’est sans hésitation qu’il a accepté les plans du Seigneur.

Quel a été alors l’impact de saint Joseph dans mes expériences personnelles? Je peux dire, en réalité, avoir vécu trois types de relations humaines : le célibat, les fréquentations et le mariage. J’ai bâti ma relation avec Dieu à chacune de ces étapes. Comme célibataire, ma relation avec Dieu était inexistante; durant mes fréquentations, mon engagement envers Dieu était incomplet; en tant que femme mariée, mon engagement face à Dieu est devenu complet. La réalité est que j’ai réussi à cultiver mes relations et à franchir ces trois étapes, malgré mes grandes limites humaines et mes peines. J’ai appris à utiliser le silence pour atteindre la troisième étape, celle de femme mariée.

Le silence et l’obéissance de saint Joseph ont été une source d’inspiration unique, et un modèle, pour que mon propre mariage s’apparente davantage à celui qu’il avait avec Marie.

Tout d’abord, Dieu vient en premier. J’entends par là que je ne suis pas « moins présente » à mon mari, mais qu’il est bien au contraire en mesure de m’accueillir réellement comme Dieu le désire. Ensuite, je mets ma confiance en Dieu. Dans mon mariage, je traverse parfois des moments difficiles (dont beaucoup sont liés à l’éducation des enfants), au cours desquels nous remettons en question le fondement de notre union. Or, parce que nous continuons à croire à la volonté de Dieu dans notre mariage, nous pouvons traverser ces moments difficiles. Enfin, nous vivons ensemble notre foi. Pour être parfaitement honnête… je dirais plutôt que j’y travaille encore (en silence), car nous ne sommes pas toujours sur la même longueur d’onde, que nous priions ensemble, assistions à la messe ensemble, ou vivions l’Évangile ensemble dans notre foyer et notre communauté. Le fait de respecter cependant la façon dont nous pratiquons chacun notre foi renforce de toute évidence notre mariage et l’enrichit. Dieu connaît son chemin, ce qui me ramène à mon second point : l’obéissance.

Aujourd’hui, ma profonde dévotion à saint Joseph provient du fait qu’il est pour moi le premier de tous les saints. Quand je veux trouver Jésus, je me tourne vers saint Joseph, car il l’a trouvé après trois jours douloureux. Quand je veux aimer Jésus davantage, je me tourne vers saint Joseph, car il l’a aimé sans mesures. Quand je veux être constamment près de Jésus et de Marie, je me tourne vers saint Joseph, car personne n’a été plus près d'eux que lui. Quand je veux prier, je me tourne vers saint Joseph, car il a passé sa vie à dialoguer avec Dieu. Quand je vis des difficultés, je me tourne à nouveau vers saint Joseph, car il sait ce que souffrir signifie. Quand je veux être plus forte, obéissante, chaste, généreuse, humble, joyeuse et sincère, c’est le saint vers lequel je me tourne. En bref, quand je recherche la sainteté, c’est saint Joseph que je recherche.

Pour aller plus loin :

Neuvaine de saint Joseph à l'Oratoire (10-18 mars)
Messes pour la Fête de saint Joseph (Mgr Lépine présidera celle de 19 h 30)
Site web de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Commentaire

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.