• Actualités

Nouvelles

Publicité

Publicité

Archives des nouvelles

2018

2017

2016

2015

2014

Entreprendre ensemble la transformation de notre Église

18-09-2018

Montréal

C’est dans une cathédrale aux allures de chantier de construction que s’est déroulée le lancement missionnaire de l’Église à Montréal le 14 septembre dernier. Munis de cônes orange, les évêques ont envoyé les fidèles en Mission!

La cathédrale n’avait jamais été aussi étrangement décorée. En fait, au départ, personne ne savait qu’il s’agissait de « décorations ». Le plafond coulait-il ? Quelques badauds, le cou cassé, fixaient la voûte, intrigués, cherchant la faille. Mais il n’y avait rien. C’était alors peut-être le plancher dont il fallait se méfier ? On scrutait à gauche, à droite. Rien. Mais que faisaient-ils donc là ces gros cônes orange et ces banderoles jaunes qui avertissaient du « danger » ? L’allée centrale en était jonchée jusqu’à l’avant aux premières marches du chœur.  

On a dû attendre en soirée, après la messe solennelle de la Croix glorieuse, et après le repas où près de 200 fidèles discutaient tout en partageant leur repas, avant de comprendre qu’il s’agissait d’une mise en scène, dont le personnage principal était nul autre que l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine.

C’était unique. Disons que ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir son archevêque s’avancer dans le choeur avec sur la tête, non pas sa calotte, et encore moins sa mitre, mais un casque de construction… ! Et ses deux évêques auxiliaires, Mgr Thomas Dowd et Mgr Alain Faubert ne portaient point la chasuble… mais plutôt des gilets de sécurité fluorescents. On était prêt pour une soirée de prière colorée !

« Je ne me suis pas encore vu avec ça sur la tête », de commencer Mgr Lépine. « Vous êtes les premiers à me voir comme ça, et je ne suis pas sûr que j’irai me voir dans le miroir ! » Il n’en fallait pas plus pour que les quelques l’assemblée, qui devait bien atteindre les 600 fidèles, s’esclaffe de rire.

 

 

Tous étaient venus pour le lancement missionnaire de leur église, mais on ne s’attendait pas à le faire en plein chantier de construction. Pourtant, l’invitation officielle, lancée au mois d’août dernier, était claire : l’archevêque invitait tout le monde « pour entreprendre ensemble la transformation de notre Église » !
 
« Vous avez été surpris de voir des cônes orange ? Pourtant, on est habitué à Montréal ! » a lancé Mgr Lépine avec son petit sourire en coin habituel. « Eh bien, notre église à Montréal, comme le reste du monde, est une terre de mission… elle est à reconstruire, à transformer, à renouveler. Avant, c’était ailleurs qu’on partait en mission. Maintenant, c’est aussi ici. On peut voir ça comme un fardeau… Mais moi je dis que c’est une bonne chose, car être en mission, c’est la nature même de l’Église, c’est son ADN. C’est sa raison d’être. Il est bon de se le faire rappeler… C’est certain que je pourrais vous dire qu’on a un plan sur 3 ans… Et c’est vrai, on a un plan sur 3 ans que Mgr Dowd et Mgr Faubert viendront vous exposer plus tard. Cependant, je ne voudrais pas vous décourager, mais… la vraie mission, c’est plus long : c’est jusqu’à la fin du monde ! Et c’est pour tous les baptisés ! »

Quelle est la première condition pour être un bon missionnaire ? L’archevêque n’a pas hésité une seconde : « Savoir que, sans Jésus, on ne peut rien faire ».

Rien n’est possible dans la mission, sans la personne du Christ. Voilà ce qu’a dit, dans ses propres mots, une des neuf récipiendaires du Mérite diocésain 2018, Micheline Marsan, âgée de 78 ans. Invitée à donner un bref témoignage de ses 40 années de dévouement auprès des enfants au sein de la paroisse Sainte-Rose-de-Lima (Sainte-Rose, Laval), Mme Marsan a raconté de quelle façon, le Christ l’avait amené à se donner, tranquillement, à son rythme, pour en venir à Le suivre totalement.

La soirée de prière, animée divinement par l’ensemble musical du Centre étudiant Benoît-Lacroix, s’est conclue par une procession toute simple, mais très signifiante. On a déposé, au pied de la Croix glorieuse qui trônait dans le chœur, des paniers remplis de petits coupons sur lesquels chaque fidèle avait inscrit deux choses : l’Église dont il rêve, puis les gestes qu’il souhaite être posés pour ce faire.

Les évêques ont ensuite envoyé tout le monde en mission en empoignant chacun un cône orange. On est tous sortis de la cathédrale. On a déposé nos cônes sur le parvis, formant une porte sainte nouveau genre.

Les Mérites diocésains 2018 sont :

La transformation de notre Église se poursuivra ici (toute personne est invitée à venir y travailler!) :

Paroisse Saint-John-Fisher : 9 octobre, 10h-13h (anglais)
Paroisse Notre-Dame-D’Anjou : 10 octobre, 10h-13h (français)
Paroisse Saint-Sixte : 11 octobre, 10h-13h (français)

 

Pour aller plus loin :

Voir l'album photo
Écouter l'intégral du lancement diocésain
Présentation du plan diocésain (3 ans)

Commentaire

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.