• Actualités

Nouvelles

Publicité

Publicité

Archives des nouvelles

2019

2018

2017

2016

2015

2014

360e de l'arrivée des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph

18-03-2019

Montréal

Le 17 mars, les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, ayant fondé sous l’égide de Jeanne Mance l’Hôtel-Dieu de Montréal, ont célébré le 360e anniversaire de leur arrivée (1659).

Un film mettant en lumière les Hospitalières

Le cinéaste Daniel Bertolino a réalisé le film « Oser un nouveau monde », pour garder en mémoire l’impact que cette congrégation a eu sur les soins prodigués aux malades, et souligner aussi que Jeanne Mance a joué un rôle égal à Maisonneuve dans la fondation de Montréal.

« Le patrimoine religieux a beaucoup vieilli et disparaît peu à peu. On retient surtout les scandales, mais pas le positif. Je veux qu’on se souvienne de ce qui a été accompli. (…) Je me suis intéressé à ces religieuses qui ont donné leur vie à soigner les malades. J’étais curieux de comprendre d’où elles puisaient cette énergie. Pour elles, le patient, c’était comme Jésus », évoque en entrevue M. Bertolino.

En effet, les Hospitalières ont consacré leur vie à soigner les malades. Outre les soins physiques, il y avait aussi les soins psychologique, spirituel et social. «Parfois, notre regard, notre attitude, pouvait apporter une guérison morale. Nous avons à devenir des spécialistes de la compassion», résume une religieuse dans le documentaire. Une autre consoeur souligne que la renommée de l’Hôtel-Dieu ne tient pas juste aux Soeurs et à la formation des infirmières (une école des infirmières a été fondée en 1901 et a poursuivi ses activités, jusqu’à l’arrivée des cégeps), mais aussi à la contribution des médecins.

« Avec mon film, je souhaite sensibiliser le public sur le patrimoine matériel et immatériel, et démontrer comment ces femmes ont fait face à la modernité, à la croisée des chemins dans le système de santé. (…) J’ai dû créer un climat de confiance avec les religieuses pour la réalisation de mon film. Soeur Gaudet m’a ouvert les portes à la communauté. Outre les précieux témoignages, les archives représentent un vrai trésor. Le musée des Hospitalières regroupe aussi plusieurs artefacts sur la santé. Je souhaite qu’il puisse s’agrandir », conclut le cinéaste passionné de patrimoine religieux, fondateur des productions Via le monde.

On peut acheter le DVD du long métrage au Musée des hospitalières.

Un dernier salut à la Maison mère des Hospitalières

D’ici la mi-avril, une cinquantaine d’hospitalières quitteront leur Maison mère pour s’installer à la Maison des hospitalières, dans une aile du couvent rénovée. « C’est la fin d’une mission de la communauté, mais il y a toute une levée de laïcs qui sont porteurs des valeurs de notre congrégation dans le monde actuel », témoigne soeur Louisette Lelièvre, assistance générale des Hospitalières de Saint-Joseph. En avril aussi, la grande chapelle de l’Hôtel-Dieu sera désacralisée.

La Ville de Montréal a acheté le terrain sis au 245, Avenue des Pins, dont le projet reste à déterminer. « Beaucoup de projets ont été lancés sous l’administration Coderre. Ça semble s’orienter aujourd’hui vers un projet de santé, mais on n’a aucune certitude », a fait savoir soeur Lelièvre.

Un sort à préciser

Rappelons que le déménagement d’une cinquantaine de patients en novembre 2017 vers le nouveau CHUM a entraîné la fermeture définitive de la tour d’hospitalisation de l’Hôtel-Dieu. Une partie des services ambulatoires et des bureaux de médecins demeurent toutefois à l’Hôtel-Dieu, le temps que la construction du CHUM soit terminée, en 2021. Un groupe de travail a été formé pour définir la nature éventuelle des activités à l’Hôtel-Dieu. Au-delà de 2021, le sort du deuxième plus vieil hôpital de la Nouvelle-France reste à déterminer.

Ainsi, les religieuses sont dorénavant locataires de la Ville de Montréal. Elles ont confié à la firme Cogir le soin de mettre aux normes, selon les critères d’une résidence pour personnes âgées, l’aile dudit couvent. L’ensemble du personnel qui travaillait pour les Hospitalières sera également relocalisé.

« À l’intérieur de cette maison, les soeurs vont garder le même mode de vie. (…) Sinon, pour les archives, une étude plus large par la mairie de Montréal est en train d’être réalisée, pour regrouper les archives de plusieurs congrégations religieuses », souligne soeur Lelièvre.

Pour aller plus loin :

Écouter la série "Histoires extraordinaires d'Hospitalières"
Site web officiel

Commentaire

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.