Accueil - Église catholique à Montréal > Publications > Info-Archives > OCTOBRE- Il y a cent ans : la bénédiction de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Verdun

OCTOBRE- Il y a cent ans : la bénédiction de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Verdun


Cliquez sur l'image pour agrandir 
Parmi les richesses insoupçonnées dont recèlent nos archives sont les rapports financiers annuels des paroisses du diocèse. Bien qu’on puisse juger ces colonnes de chiffres peu pertinentes pour l’historien, ces dernières renferment en réalité une multitude de détails permettant de mieux comprendre le développement des paroisses de Montréal. Certaines paroisses semblent avoir été plus assidues à faire parvenir ce type de documents à l’Archevêché. C’est le cas de la première paroisse francophone de Verdun dont les copies, nous étant parvenues, ont été conservées dans nos archives. Nous possédons ainsi les recensements et rapports financiers de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs pour la période couvrant la construction de l’église actuelle.

Le rapport de 1914 est d’un intérêt particulier. Ce document centenaire rapporte les montants amassés au cours de la dernière année de construction de l’église. L’établissement d’une nouvelle église avait été jugé nécessaire en 1905, la chapelle-école ne permettant plus d’accueillir toutes les familles catholiques de Verdun. Les chiffres du recensement que nous possédons confirment d’ailleurs l’augmentation importante du nombre des paroissiens de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs au cours des quinze premières années de la paroisse. Suite à l’approbation officielle de l’archevêché obtenue en juillet 1911, les travaux débutèrent selon les plans des architectes Venne et Labelle.

 Les travaux, qui durèrent trois ans, engendrèrent des coûts importants et la paroisse dut contracter une dette considérable pour permettre l’achèvement de la nouvelle église. Ainsi, au cours de la seule année 1914, plus de 72 000$ (1,5 million en valeur actuelle) furent dépensés pour la dernière phase des travaux et l’ameublement du bâtiment. Cette dépense permit après plusieurs années de fermer le chantier et de procéder à la bénédiction de l’église construite au-dessus du soubassement inauguré en 1905. Au total, les travaux allaient coûter près de trois fois et demie le montant investi au cours de l’année 1914. Le rapport financier nous permet de découvrir cependant que certains dons particuliers, tels le chemin de croix et les électroliers (les chandeliers électriques), ne furent jamais comptabilisés dans le coût total des travaux.

Le 25 octobre 1914, il y a exactement cent ans, l’Archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési, bénit solennellement le nouveau temple. Les détails de cette grande fête sont rapportés au verso du rapport par le curé de la paroisse. La cérémonie qui eut lieu dans la nouvelle église était également l’occasion de souligner le 15e anniversaire de la paroisse et le 25e anniversaire d’ordination du curé Joseph-Arsène Richard. La bénédiction de l’église ne signifiait pas pour autant la fin des travaux et des dépenses leur étant liées. En décembre 1914, au moment de la rédaction du rapport financier, on tentait toujours d’obtenir la somme nécessaire à l’achat de nouvelles cloches. L’achat de ces dernières fut retardé par l’enlisement en Europe de la Première Guerre mondiale. La bénédiction des nouvelles cloches importées de Haute-Savoie en France n’eut finalement lieu que dix ans plus tard, en 1924. On venait alors, grâce à la grande souscription de 1921-1922, de terminer le remboursement de la dette de la paroisse.

À l’agenda :
Le 26 octobre prochain, à l’occasion du centième anniversaire de la bénédiction de l’église, l’Archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine célébrera la messe de 10h30 à l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Verdun.

Commentaire


Commentaire de Gilles De Lafontaine | 2017-02-10

Bonjour, comment voir des photos de la construction de l'église?
*
*
Veuillez additionner 7 et 5.*

Revenir