Accueil - Église catholique à Montréal > Publications > Info-Archives > DÉCEMBRE 2015 - L’inauguration de l’église du Gesù de Montréal

DÉCEMBRE 2015 - L’inauguration de l’église du Gesù de Montréal


Source : ACAM
Cliquez sur l'image pour agrandir 
Le 3 décembre 1865, jour de la fête de saint François Xavier, une nouvelle église ouvrait ses portes à Montréal. 150 ans plus tard, l'église du Gesù demeure l'un des plus magnifiques monuments religieux de notre diocèse.

L'histoire du Gesù de Montréal est intimement liée à celle des Jésuites et du Collège Sainte-Marie. En 1842, à l'initiative de Monseigneur Ignace Bourget, évêque de Montréal, la Compagnie de Jésus revient au Canada après plus de 40 ans d'absence. Monseigneur Bourget souhaite que cet ordre religieux ouvre un collège dans son diocèse. Le collège Sainte-Marie voit donc le jour quelques années plus tard en 1848. On entreprend dès lors, sur la rue de Bleury, l'érection d'un bâtiment en pierre pour abriter la nouvelle institution. Ces travaux prendront fin en 1851. Cependant, les Jésuites désiraient construire, à proximité, une église pour leur ordre qui servirait également de chapelle au collège. C'est finalement sur un terrain légué par Antoine-Olivier Berthelet, immédiatement au nord du collège que cette église sera érigée. Le 19 mars 1864, jour de la saint Joseph, les travaux de déblaiement débutaient.

En novembre 1864, alors que les travaux se poursuivent selon les plans de l'architecte Patrick C. Keely, Monseigneur Bourget prenait une nouvelle fois le chemin de l'Europe. Durant son absence, il souhaite être tenu au courant de l'évolution des travaux. Une lettre du père Georges Schneider datée du 9 avril 1865 et adressée à Monseigneur Bourget nous permet d'apprendre plusieurs détails intéressants à propos de l'église du Gesù.

Tout d'abord, cette église se voulait être dédiée au Sacré-Cœur de Jésus et, selon le père Schneider>, devenait ainsi la «première église du Sacré-Cœur en Amérique». Cela permet d'expliquer la présence dans la décoration du Gesù de nombreuses références au Sacré-Cœur de Jésus et à sainte Marguerite-Marie Alacoque béatifiée au cours de la même décennie. De plus, les Jésuites souhaitaient y ériger une archiconfrérie du Sacré-Cœur, comme le mentionne la lettre. Le texte témoigne également du souci des Jésuites d'être présents non seulement pour la population francophone, mais également auprès des nombreux anglophones catholiques de Montréal. Le souci de la conversion des protestants, aspect important du renouveau religieux de la seconde moitié du XIXe siècle, est également manifeste dans cette lettre. Monseigneur Bourget avait à cœur l'intérêt des Jésuites de son diocèse. Les négociations qu'il entreprend à Rome et auxquelles le père Schneider fait allusion concernaient directement la Compagnie de Jésus. Monseigneur Bourget souhaitait en effet faire du Collège Sainte-Marie l'Université catholique de Montréal. Son rêve ne se concrétiserait cependant jamais.

Finalement, ce document témoigne de l'intérêt de Monseigneur Bourget pour la construction de la nouvelle église. C'est lui qui demande à être informé de l'évolution des travaux et on lui fait même parvenir à Rome les plans de la façade et des tours. Ces tours ne furent malheureusement jamais complétées, faute d'argent. Comme le souligne le Père Schneider, les Jésuites reconnaissaient le rôle essentiel joué par Monseigneur Bourget dans la construction de cette nouvelle église «qui est votre œuvre encore plus que la nôtre». L'évêque de Montréal avait voulu que son architecture soit inspirée par le Gesù de Rome, église-mère de la Compagnie de Jésus, où il aimait bien s'arrêter pour prier. C'est ainsi que la nouvelle église du Sacré-Cœur de Jésus devint pour les montréalais l'église du Gesù.

Ce n'est finalement pas en octobre comme le père Schneider le souhaitait, mais en décembre qu'aura lieu l'inauguration du Gesù de Montréal. En l'absence de Monseigneur Bourget, toujours à Rome, c'est l'administrateur du diocèse, le Grand Vicaire Alexis-Frédéric Truteau qui procède à la bénédiction de la nouvelle église le 3 décembre 1865. C'est cet évènement important de l'histoire de notre diocèse que nous soulignons ce mois-ci.

À L'agenda :

Le 6 décembre prochain à 11h, l'Archevêque de Montréal présidera une célébration eucharistique pour souligner le 150e anniversaire de l'église du Gesù.

Commentaire

*
*
Veuillez additionner 5 et 4.*

Revenir