Dies Domini

10 mars 2013

C'est dimanche, à Rome comme partout ailleurs. Mais ce dimanche romain a quelque chose de particulier. C'est en effet l'avant veille du conclave. Nombreux sont les cardinaux qui, à l'invitation du doyen du Sacré Collège, célèbrent l'Eucharistie dans leur église cardinalice dont ils sont les titulaires à Rome. 

J'ai décidé ce matin de me rendre à Saint-Louis-des-Français, église située à deux pas de la résidence et dont le titulaire est le cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris. Une constante dans toutes les églises de Rome : il y fait froid et l'humidité s'y camouffle en traîtresse. Mon ami sciatique me l'a rappelé tout au long de la messe.  

Quoi qu'il en soit, le tout Rome français s'est donné rendez-vous pour cette célébration.  J'aperçois, embusqué près de la sacristie, le recteur se frottant les mains, peut-être à cause de l'humidité, ou serait-ce plutôt à l'idée de la quête qui ne manquera pas d'être substantielle.  
Bien au delà de toute considération frivole, cette célébration d'une très belle sobriété liturgique m'a permis de m'unir à une communauté chrétienne vivante. Le chant, les textes liturgiques du 4ième dimanche de Carême, mais surtout l'homélie du cardinal Vingt-Trois, que j'entendais pour la première fois, ont concouru à me faire revivre la joie éprouvée lors de mon ordination diaconale en cour il y a exactement douze ans aujourd'hui.  

La célébration terminée, toute la communauté se retrouve dans une joyeuse  cacophonie sur la piazza et se dirige vers le cloître pour y prendre le jus de l'amitié en toute simplicité. Tous âges confondus, parents avec leurs nombreux enfants, visiteurs de passage, journalistes, tous sont de bonne humeur et profitent de la chaleur du soleil qui a daigné faire son apparition. Pour ma part, j'ai quartier libre puisque mon cardinal est invité chez les maronites. Diner au réfectoire et...sieste!  

C'est le jour du Seigneur.  

Richard Saint-Louis, d.p. 


Commentaire

*
*
Veuillez calculer 6 plus 7.*

Revenir