Démission

Nouvelle appréhendée mais qui n’en fit pas moins choc. Le 9 novembre 1967, lors d’une conférence de presse à l’Archevêché de Montréal, le cardinal Paul-Émile Léger annonce sa décision de quitter son poste d’archevêque de Montréal pour aller missionner en Afrique. Son départ de Montréal n’est pas une fuite. Il s’inscrit dans « une logique de foi et de vie ». Le cardinal s’en ouvre sereinement :

« … Pourquoi quitter le navire au moment où il affronte la tempête ?… C’est justement cette crise religieuse qui m’incite à quitter un poste de commande pour redevenir un simple prêtre missionnaire… Au Synode des évêques, de 1967, durant la discussion sur le problème de la foi et sur l’athéisme, j’ai vécu un véritable drame de conscience… Le Seigneur exige de moi des actes, en plus des paroles ».

Le 7 décembre suivant, il s’envole vers l’Afrique, vers le Cameroun où l’évêque de Yaoundé, Mgr Jean Zoa, un ami, l’accueillera avec beaucoup d’égards. Sous la dictée du cardinal Paul-Émile Léger, l’Église de Montréal venait d’écrire un très riche chapitre de son histoire.

Revenir