Des responsabilités en cascade

1897 : De retour à Montréal, il enseigne le droit canon au Grand Séminaire.

1898 : Il est attaché à l’église Cathédrale tout en étant aumônier au Mont Sainte-Marie, institution alors prestigieuse des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.

1904 : Il est nommé curé de la Cathédrale, ainsi que chanoine titulaire du Chapitre diocésain.

1912 : Le 23 juin, le chanoine Gauthier est élu évêque auxiliaire à Montréal.

1917 : Il est nommé vice-recteur de l’Université Laval à Montréal.

1920 : Il devient le premier recteur de l’Université de Montréal, en voie de devenir autonome.

1921 : Le 18 octobre, Rome le nomme administrateur apostolique du diocèse, en raison de la santé chancelante de Mgr Bruchési.

1923 : Le 5 avril, la Sacrée Congrégation de la Consistoriale émet un rescrit nommant Mgr Gauthier archevêque de Tharona et coadjuteur de Montréal avec droit de succession.

1939 : Le 20 septembre, à la mort de Mgr Paul Bruchési, Mgr Georges Gauthier, après dix-huit ans comme administrateur puis coadjuteur, devient archevêque en titre de Montréal.

Le pasteur sage
 

Mgr Gauthier est un homme de très grande culture et de sage réflexion. Il lit beaucoup et retient tout avec une facilité extraordinaire. Il est un observateur rigoureux, conscient des nouvelles réalités de son diocèse.

L’orateur hors pair


Son incomparable éloquence lui sera un atout précieux dans toutes les circonstances. Sa pensée élevée, l’habileté de ses développements vivants et imagés, sa diction parfaite, sa voix chaude et sympathique, ses gestes naturels subjugueront tous ses auditeurs. Que ce soit ici ou à l’étranger, ses discours impressionnent. On l’a particulièrement remarqué au Congrès eucharistique de Lourdes en 1914 (accompagné d’un Henri Bourassa vibrant) ainsi qu’au Congrès de Chicago en 1926. À l’un ou à l’autre endroit, il prononça un discours brillant devant des personnages éminents. Il sera toujours à la hauteur, quelle que soit la manifestation.

Revenir