Mgr Georges Gauthier

1939-1940

          

Cinquième évêque et troisième archevêque de Montréal, Mgr Gauthier eut un épiscopat d’une durée très brève (1 an). Coadjuteur de Mgr Bruchési pendant 18 ans, il connaît bien le diocèse et s’avère un pasteur d’une grande sagesse, doué d’un don d’orateur hors du commun.

Il s’intéresse à l’éducation de jeunes filles. Entre 1920 et 1923, à titre de recteur de l’Université de Montréal, il met sur pied une Faculté des lettres, une Faculté des sciences et l’École des sciences sociales, économiques et politiques. Au plan social, il est l’un des premiers promoteurs du syndicalisme catholique. Durant son épiscopat, il crée 37 paroisses, accueille 17 communautés religieuses et en érige canoniquement quatre.

Georges Gauthier est né à Montréal le 9 octobre 1871, fils de François- Xavier Gauthier et de Marie Généreux. Il est le dernier d’une famille de huit enfants : un autre de ses frères deviendra prêtre sulpicien. Il fait ses études au Collège de Montréal, au Séminaire de Philosophie et au Grand Séminaire.

Ordonné prêtre le 29 septembre 1894, il part aussitôt pour Rome où il poursuit des cours en droit canonique à l’Apollinaire et au Collège romain, y obtenant un doctorat en cette discipline.

Des responsabilités en cascade

1897 : De retour à Montréal, il enseigne le droit canon au Grand Séminaire.

1898 : Il est attaché à l’église Cathédrale tout en étant aumônier au Mont Sainte-Marie, institution alors prestigieuse des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.

En savoir plus...

La cause de l’éducation

L’éducation, tant primaire que supérieure, sera une des préoccupations majeures de Mgr Gauthier.

En savoir plus...

La question sociale

Nous devons à Mgr Gauthier la fondation de l’École sociale populaire pour l’éveil et la formation à l’engagement social des chrétiens.

En savoir plus...

Autres initiatives

Pendant son mandat d’archevêque coadjuteur, Mgr Gauthier fonda pas moins de trente-sept paroisses.

Il accueillit dans le diocèse dix-sept communautés religieuses et en érigea canoniquement quatre : l’Institut des Sœurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil (1923), ci-haut nommé, la Société des Missions-Étrangères (1925), les Oblates franciscaines de Saint-Joseph (1929), les Filles réparatrices du Divin-Cœur (1929).

En savoir plus...