Un Chemin de Croix vert

Lorsque Jésus mourut sur la croix, la création réagit.

Dans son Évangile, Matthieu relate que l'obscurité se fit sur tout le pays, la terre trembla, et les rochers se fendirent.

Bien que ces descriptions ajoutent une touche d'effet dramatique, leur usage décrit bien comment la création est liée à l'histoire du Salut.

Dans son épître aux Romains, Saint Paul rappelle que le salut surgit dans le monde physique et s'adresse non seulement à l'humanité, mais à toute la création.

Ayant ceci à l'esprit, des chrétiens aux États-Unis ont développé un Chemin de Croix environnemental comportant des prières qui suscitent la prise de conscience de la façon dont notre Terre est exploitée et massacrée.

Traditionnellement, les chrétiens prient le Chemin de Croix le Vendredi Saint, jour où ils font mémoire de la passion et de la mort de Jésus.

Or, cette année, le Vendredi Saint partage la même date du 22 avril avec la Journée de la Terre.

Celle-ci est soulignée le 22 avril aux Etats-Unis, depuis 1970 et au niveau international, depuis 1990.

Le Vendredi Saint est une célébration à date mobile variant d'une année à l'autre, en fonction de Pâques, fête célébrée traditionnellement le dimanche suivant la nouvelle lune du printemps.

Le Chemin de Croix environnemental qui a été conçu comme un instrument œcuménique, est mis de l'avant par le Programme Église verte du Centre canadien d'œcuménisme, tant en anglais qu'en français.

Cet instrument est une ressource offerte ici aux paroisses catholiques désirant joindre leurs prières pour une bonne intendance de la création à celles du Chemin de Croix de cette année.

À noter qu'il s'agit d'un Chemin de Croix abrégé, puisqu'il comporte 9 stations au lieu de 14. Par ailleurs, les textes datant de 1994, vont sûrement nécessiter une mise à jour. Les paroisses d'ici voudront sans doute remplacer les références aux défis environnementaux américains par des exemples plus locaux.

De plus, certains sujets auraient avantage à être modifiés, afin de mieux refléter l'enseignement catholique. Par exemple, la quatrième station veut conscientiser à la souffrance des enfants, due à la surpopulation. Pour les catholiques, souffrance et pauvreté ne sont pas des conséquences de la surpopulation, mais bien plutôt de l'injuste répartition des richesses mondiales.

Le Chemin de Croix environnemental s'inspire des Écritures, de la spiritualité de la création du prêtre épiscopalien Matthew Fox et adopte les prières du prêtre catholique Henri Nouwen. L'auteur de ce Chemin de Croix suggère qu'il soit prié, idéalement, à l'extérieur, le climat le permettant.

Par Laura Ieraci

Revenir