L’appel au célibat en ce monde

Bien que la plupart des catholiques se sentent appelés au mariage ou à la vie religieuse, d’autres répondent à l’appel au célibat dans le monde. Beaucoup d’hommes et de femmes, incluant les prêtres et les laïcs consacrés, suivent la voie de l’apostolat chrétien dans laquelle le mariage ne joue aucun rôle.

La notion de célibat pour la vie était révolutionnaire dans l’ancien temps. À l’exception des Vestales (vierges prêtresses), on attendait des hommes et des femmes de l’Empire romain qu’ils remplissent leur devoir envers leurs familles et la société, par le biais du mariage et de l’enfantement.

Dans un monde où l’espérance de vie était de 25 ans, cela se révélait d’une importance primordiale. La société avait donc besoin d’un maximum d’enfants.

La société dans laquelle le Seigneur Jésus Christ est né comportait aussi des communautés radicales de prophètes juifs, les Esséniens, qui vécurent la chasteté dans le célibat.

L’historien Peter Brown précise que le célibat de Jésus n’était donc pas si inhabituel, allant de soi dans le contexte de son appel prophétique.

Dès le début, plusieurs des disciples de Jésus suivirent son exemple en rompant avec les pratiques anciennes basées sur le mariage établi, afin de répandre l’Évangile. Le célibat était vécu pour l’amour du Royaume de Dieu (Matthieu 19, 12).

Avant l’avènement du monachisme, des chrétiens, hommes et femmes, choisissaient le célibat dans le monde, vivant saintement dans leurs foyers. La communauté chrétienne prenait aussi soin des veuves, leur rendant la dignité qui les préservait des (Source : Dreamstime)pressions de se remarier. Après le Concile Vatican II, l’ordre des vierges consacrées fut restauré. D’autres hommes et femmes catholiques peuvent choisir d’opter pour des vœux de célibat privés et temporaires.

Aujourd’hui, la décision de vivre dans la chasteté du célibat semble aussi radicale qu’elle l’était dans l’ancien temps. L’obsession païenne de la reproduction est actuellement remplacée par l’obsession du sexe. Mais plusieurs célibataires catholiques chastes affirment qu’ils sont comblés dans leur unique dévotion envers Dieu et leur dévouement envers leur prochain comme enseignants, médecins, activistes et professionnels de toutes sortes.

Bien sûr, ce ne sont pas toutes les personnes seules qui ont choisi le célibat.

Nous naissons tous seuls, et plusieurs d’entre nous mourons seuls, habituellement en tant que veufs ou veuves.

Le Catéchisme de l’Église catholique fait mémoire des personnes célibataires, « à cause des conditions concrètes dans lesquelles elles doivent vivre – et souvent sans l’avoir voulu – particulièrement proches du cœur de Jésus et qui méritent donc affection et sollicitude empressée de l’Église et notamment des pasteurs…Personne n’est sans famille en ce monde : l’Église est la maison et la famille de tous, en particulier de ceux qui ‘peinent et ploient sous le fardeau (CEC 1658) ».

par Dorothy Cummings McLean

Dorothy Cummings McLean, M.Div., est chroniqueuse et auteure de « Seraphic Singles : How I Learned to Stop Worrying and Love the Single Life » (Novalis 2010). Elle écrit un blogue pour les célibataires catholiques.

Revenir