Jean-Guy Roy

Sur le chemin de Pâques

Nous sommes sur le chemin de Pâques, celui de la vie qui éclate en abondance. La nature se réveille lentement du long hiver pour se révéler progressivement à nous dans toute sa splendeur. Au cours des jours qui viennent, nous aurons la possibilité de revivre collectivement et individuellement les derniers moments du parcours inspirant de Jésus de Nazareth; nous appelons la semaine qui rituellement reprend sa marche vers la mort la Semaine sainte. Le Triduum pascal, le jeudi, le vendredi et le samedi, en est le point culminant. Cette semaine, quelque peu oubliée par les temps qui courent, nous ouvre pleinement sur la fête de la lumière, celle du dimanche de Pâques.

Lire la suite de cette entrée »

Quand tout va bien ou presque!

Se lever allègrement le matin, s’étirer un peu et avoir le sourire aux lèvres n’est pas le lot de tout le monde! Nos vies quelque peu secouées par les aléas du quotidien, dans une société qui carbure sans cesse au rythme endiablé de l’efficacité et de la consommation à tout prix, sont parfois à bout de souffle. L’équilibre et l’harmonie tant désirés demeurent pour la plupart d’entre nous des quêtes sans fin. En cette semaine, où nous soulignons la Journée mondiale de la Santé, il est peut-être bon de s’arrêter un peu et de prendre conscience de l’importance de notre état de bien-être physique, mental et social. La santé, vous en conviendrez, c’est tout cela et même plus. « Quand la santé va, tout va. » nous rappelle pertinemment le dicton populaire. S’il y a un sujet qui préoccupe vivement les Québécois ces dernières années, c’est bien celui-là. Selon les derniers sondages, il se hisse en tête de liste de leurs priorités et à juste titre.

Lire la suite de cette entrée »

Vivre passionnément!

La vie est pleine de rebondissements, de coups durs parfois. C’est assez visible dans la présente campagne électorale. On en voit de toutes les couleurs. La plupart d’entre nous avons trimé fort pour atteindre le standard de vie souhaité, nous avons peine à réaliser les efforts déployés sur nos parcours humains assez rocambolesques parfois. Nous sommes à l’occasion, souvent même, les seuls témoins de nos gestes héroïques. Oui, dans la mesure du possible, il faut saisir au bond les chances que la vie nous offre si généreusement. La résilience, cette capacité de rebondir face aux coups durs, fait partie de nous. Ne faut-il pas cultiver cette force intérieure qui nous fait escalader les montagnes d’épreuves et de défis que la vie nous réserve? La vie est en quelque part passion. Ceux qui partagent ou côtoient la vie de gens passionnés en savent quelque chose et ne s’ennuient littéralement pas. Vivre au quotidien en compagnie de gens passionnés ne manque généralement pas de piquant. En fait, vivre passionnément, pourquoi pas?

Lire la suite de cette entrée »

Au cœur des débats!

La campagne électorale bat son plein et les jeux ne sont pas encore faits, loin de là. Tout est à prévoir au cours de cette période électorale aux allures quelque peu étonnantes, voire renversantes. On peut s’attendre à tout sur ce parcours assez sinueux pour les différents partis d’ici le soir du 7 avril. Au cœur de tous ces débats savamment préparés, ces programmes de parti tape-à-l’oeil, ces promesses souvent creuses, ces écarts de langage parfois offensants, on a souvent l’impression que l’on oublie royalement les besoins et les vraies aspirations du peuple. Les gros autocars, arborant les images flamboyantes des chefs de parti, sillonnent le Québec pour courtiser l’électorat qui essaie tant bien mal de comprendre ce qui se passe réellement. Chacun des principaux partis cherche à gagner avant tout. C’est une course contre la montre et tous les coups sont permis ou presque. Je lisais récemment sur Facebook un message d’une candidate qui disait: «On est là pour gagner!» J’aurais bien aimé lire surtout, nous sommes là pour servir, pour répondre aux besoins réels de la population.

Lire la suite de cette entrée »

Toute une semaine!

Eh oui, nous venons de franchir la mi-mars avec quelques soubresauts surprenants de cet hiver qui ne finit plus de s’étirer! Le raz-de-bol est assez généralisé dans la population quelque peu distraite ces jours-ci par une campagne électorale aux allures assez rocambolesques. Fort heureusement, il n’y a pas que la campagne et ses excès de langage. En effet, il y aura tout un menu d’activités en perspective cette semaine. Du 19 mars au 22 mars, tenez-vous bien, on marquera pas moins de 17 journées et semaines internationales. Vous avez bien lu, 17 et pas une de moins. Donc, une semaine riche en réflexion plus qu’en action sans doute et qui pourrait remplir assez facilement le petit agenda électronique des mordus de causes humanitaires. Mais saviez-vous que c’est aussi la fête de Saint-Joseph le 19 mars, certes celui de l’Oratoire, mais aussi parce que ce dernier est le patron de l’Église canadienne. Cela nous regarde un peu tout de même, même si pour beaucoup de gens ce patronage spirituel ne signifie plus grand chose dans le contexte d’aujourd’hui. « Autre temps, autres mœurs » dirions-nous!

Lire la suite de cette entrée »

Le Carême est bien là!

Nous sommes bien en Carême depuis le 5 mars dernier! Dans l’Islam, diront certains, il y a le Ramadan; chez les chrétiens existe le Carême. Oui, c’est une longue période de préparation à la fête de Pâques qui débute traditionnellement par le mercredi des Cendres. Quarante jours où plus de deux milliards de chrétiens du monde entier sont invités selon la coutume millénaire à prier,  à méditer, à faire l’aumône, à jeûner même. L’importance et la rigueur du carême varient évidemment selon les traditions religieuses des différentes confessions chrétiennes. Qu’en reste-t-il aujourd’hui? Carême, n’est-ce pas un mot qui semble quelque peu étrange dans notre société lessivée par le sécularisme ambiant où les tenants d’une certaine laïcité pure et dure ont de plus en plus de mordant sur notre vivre ensemble? Il n’y a pas si longtemps tout de même, cette période rythmait le parcours quasi normal de notre cheminement collectif qui nous menait à la grandiose fête de Pâques. Mon grand-père aimait bien répéter sur un ton solennel : « Eh ben, préparez-vous, demain on tombe en carême! » Que de souvenirs de ce temps révolu!

Lire la suite de cette entrée »

Femmes de nos vies

« Femmes… je vous aime. Vous êtes ma mère, je vous ressemble », chante si bien et avec justesse Julien Clerc. Annuellement nous revient la Journée internationale de la femme libellée aussi Journée internationale des droits des femmes. L’historique de cette journée remonte, selon certaines sources, à Lénine qui décréta la Journée internationale des femmes le 8 mars 1921 et qui s’étendit assez rapidement dans les pays de l’ancien bloc de l’Est. Mais ce n’est qu’en 1977 que l’ONU en fait l’une des 87 journées thématiques retenues et initiées par l’organisation internationale fondée en 1945. C’est sous le thème : « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous. » que nous sommes invités à célébrer cette journée par diverses activités et événements.

Nous le savons tous, l’exploitation de la femme et la violence envers elle perdure dans de nombreux pays sur la planète. On estime à quatre millions par an, dans le monde, le nombre de femmes et de fillettes achetées et vendues à un mari, un proxénète ou un marchand d’esclaves. La traite des êtres humains représente le secteur d’activités criminelles qui connaît la plus forte croissance à l’échelle mondiale. Selon la GRC, le « Canada constitue une porte d’entrée pour ce type de traite. » Les villes de Vancouver, Toronto, Montréal et Winnipeg sont identifiées comme points chauds du commerce des femmes à des fins d’exploitation sexuelle.

Lire la suite de cette entrée »

264 milliards plus tard!

Les élections sont dans l’air! Tout le monde en parle et les conjectures vont bon train sur la date probable de celles-ci. Prérogative de la première ministre de fixer la date de scrutin, il va de soi. Le récent budget déposé la semaine dernière par le ministre Marceau en a indisposé plusieurs et fournit de bons prétextes de contestation aux  partis d’opposition. Budget pré-électoraliste clament les uns et les autres devant l’imminence de la tenue d’élections. Chacun fourbit ses armes dans cette joute politique qui risque de ne pas manquer d’échanges hauts en couleur, quelque peu mordants, parfois proches de l’invective. Mais ce qui est le plus dramatique lorsque l’on parle de chiffres et de dettes publiques, c’est l’insouciance croissante de certains de nos élus et concitoyens devant l’immense précipice financier qui se creuse devant nous. Il y a de quoi frémir!

Imaginez, le chiffrier de notre dette publique nationale file à vive allure et le Québec ne cesse de s’enfoncer profondément et dangereusement. C’est vertigineux! Ce sont plus de 264 milliards à rembourser, ce qui représente en moyenne près de 55 000$ par travailleur québécois. La dette augmente de 25 millions $ par jour, soit 17 670 $ par minute, 294 $ par seconde (IEDM). Ça donne froid dans le dos! La belle province est au cinquième rang des nations les plus endettées au monde après le Japon, l’Italie, la Grèce et l’Islande (OCDE). Ce n’est pas de la fiction, mais un fait bien réel. On ne pourra continuer à balayer sans cesse le problème sous le tapis du pauvre monde. Ne faudrait-il pas apprendre à vivre selon nos moyens et s’attaquer à cette gangrène? Nous le savons tous, le Québec se distingue par la diversité et l’étendue de ses programmes sociaux et de ses services publics dans l’ensemble de l’Amérique du Nord. Que l’on pense simplement au réseau universel de garderie, au régime public d’assurance médicaments, etc. C’est formidable, mais à quel prix?

Lire la suite de cette entrée »

Au-delà des médailles!

Les XXIIes Jeux Olympiques d’hiver nous ont réservé jusqu’à maintenant de belles surprises et certes quelques déceptions. Depuis le 7 février dernier, le monde entier a les yeux rivés sur ces hommes et ces femmes à la conquête d’un nouveau record, d’une médaille tant désirée pour eux et pour le pays qu’ils représentent. Plus de 3 milliards de téléspectateurs dans le monde ont regardé la grandiose cérémonie d’ouverture des Jeux de Sotchi. Ils sont près de 2 900 athlètes, dont 220 canadiens, à vivre une aventure unique, une expérience inoubliable. Nous le savons bien, la préparation à ces jeux a demandé des efforts inouïs et des sacrifices quasi héroïques à nos athlètes pour s’y préparer. Andre Agassi, le joueur de tennis bien connu, disait : « Ceux qui ne s’entraînent pas ne méritent pas de gagner. » Il n’y a pas que le talent qui compte!

Lire la suite de cette entrée »

Du bonheur et des jeux!

« C’était un petit bonheur que j’avais ramassé. Il était tout en pleurs sur le bord d’un fossé. Quand il m’a vu passer, il s’est mis à crier : « Monsieur, ramassez-moi, chez vous amenez-moi. » On a probablement tous entendu cette magnifique chanson du célèbre troubadour Félix Leclerc. Ce cher Félix, décédé en 1988, nous a légué une œuvre monumentale, remarquable par son intégrité et son amour de notre pays. Vendredi qui vient, le 14 février, nous soulignerons tous la Saint-Valentin et nous parlerons évidemment d’amour et de bonheur. Les petits cœurs décorent déjà depuis des semaines boutiques et chocolateries. Cette fête arrive quand même dans un temps où la grisaille de l’hiver nous tenaille un tantinet, nous sape quelque peu le moral. Ah! Ces petits bonheurs du quotidien!

Lire la suite de cette entrée »