L’évangile au risque du quotidien

Des placements

La foi demande du courage. Elle exige de prendre des risques.

Voici quelques exemples. Jésus a donné la première place aux personnes. Celles-ci doivent rester aux premiers rangs dans notre vie. Si, en défendant un faible, je risque de perdre sur mon capital social, je dois accepter ce risque. Ma foi l’exige.

Entre le confort que je pourrais m’offrir avec des économies et l’aide à apporter à un pauvre, je dois choisir d’aider le pauvre. Ma foi l’exige.

Devant une injustice, je ne peux me permettre de me taire. Le silence serait une démission pour ma foi.

Lire la suite de cette entrée »

D’abord servir

Souvent, dans les évangiles, Jésus conteste le comportement des pharisiens et des scribes. Il ne ménage pas ses mots. Au contraire. Toutefois, je n’ose pas applaudir. Ne m’arrive-t-il pas de mériter les blâmes du Seigneur? Moi-même comme ceux et celles qui lisent ce billet, sans doute. En chacun de nous se cache un pharisien à la recherche de places d’honneur. Ou un scribe qui veut imposer ses idées. Peut-être même un dictateur en quête de pouvoir. Nous aimerions que tout marche selon nos plans.  Que nos désirs aient la priorité. Nous voudrions maîtriser notre environnement immédiat, soumettre les autres à notre volonté, pouvoir faire à notre tête, être obéis. Etc.

Bien sûr, nous n’étalons pas nos travers ostensiblement. Nous ne nous accusons pas publiquement. Mais au fond de nous-mêmes, nous prenons conscience de temps à autre de ces petits et grands défauts qui nous habitent. Et qui font notre honte!

Lire la suite de cette entrée »

Au-delà de l’échec et de la mort

Quand l’automne avance, que c’est presque l’hiver, les arbres ont perdu leurs feuilles et ressemblent à des squelettes tout tordus. Le vent est froid. Les premiers flocons de neige émigrent au Québec. À ce moment de l’année, la nature semble mourir et disparaître. Nous savons cependant que l’hiver laissera sa place à une autre saison où tout va recommencer.

Actuellement, la terre traverse une épreuve. Mais elle est appelée à renaître. Elle renaîtra plus vivante. Les branches seront plus fortes, les bourgeons plus nombreux encore. Le rythme des saisons proclame : la mort peut donner naissance à la vie, à plus de vie.

Les êtres humains vivent de semblables transformations.

Lire la suite de cette entrée »

‘’Ce serait une bien bonne chose!’’

Dans une entrevue, on demandait à Gilles Vigneault : ‘’Que pensez-vous de la justice dans le monde?’’ Et notre poète national de répondre : ‘’Ce serait une bien bonne chose!’’

À regarder la planète et ses nombreux conflits, la paix, ce serait une bien bonne chose!

Avec bien des difficultés, les êtres humains parviennent à communiquer entre eux. Des gens mariés s’entredéchirent. Des adolescents ruminent de l’angoisse. Des personnes âgées sont oubliées. Dans une société où la rentabilité, le profit, l’argent comptent plus que tout le reste, le bonheur arrive difficilement à se tailler une place. Oui, le bonheur se serait une bien bonne chose.

Lire la suite de cette entrée »

La pierre

Dans la très longue histoire de l’humanité, aucun personnage n’est parvenu à déranger autant que Jésus Christ. Depuis plus de vingt siècles, des milliards d’hommes et de femmes rencontrent l’homme de Nazareth. Devant lui, ils ne peuvent demeurer indifférents : ils l’accueillent ou ils le refusent.

Un peu comme une pierre qui se trouve sur mon chemin. Je dois en faire le tour, l’enjamber ou la rouler sur le bord de la route. Je peux aussi la ramasser, m’en servir pour bâtir une maison. Elle peut même devenir la pierre angulaire, la pierre fondamentale d’un édifice.

Lire la suite de cette entrée »

Le trésor

Quand j’étais enfant, mes parents nous racontaient des histoires pour nous endormir, pour occuper les jours de mauvais temps et surtout pour nous émerveiller. Il en est une que nous aimions plus que toutes les autres. Une histoire qui est presque devenue une légende familiale.

Au grenier d’un vieil oncle de ma mère dormirait depuis fort longtemps une carte au trésor. Un marin, sur son lit de mort, aurait donné cette carte à quelqu’un de notre parenté. Les seuls indices que nous ayons : le trésor est enfoui au pied d’un bouleau sur l’île d’Anticosti. Nous avons beaucoup rêvé cette aventure. Les enfants y croyaient dur comme fer. Les adultes, beaucoup moins. Cependant, je suis persuadé que nous aurions été fous de joie si, un jour, nous avions trouvé le fameux trésor.

Lire la suite de cette entrée »

La paix!

L’ONU a déclaré le dimanche 21 septembre : Journée internationale pour la paix.

La paix! Un mot tout court pour exprimer une grande idée, un rêve fou, un trésor fragile et pourtant indispensable. C’est le bonheur des hommes, des femmes, des jeunes, des anciens qui est en jeu.

Des foyers de guerre brûlent sur la planète. Des pays s’entredéchirent. Des haines violentes attaquent. On tue. On viole. On vole. On commet les pires injustices. On prive des gens de leur liberté, de leur droit de vivre décemment. Des pauvres, des petits sont souvent les principales victimes de ces conflits.

Lire la suite de cette entrée »

Le bruissement d’un souffle ténu

Dans les années 70, des théologiens annonçaient la mort de Dieu. Les cours de certaines facultés de théologie préparaient des funérailles de première classe. Le tout baignait dans un inconfortable discours sur les crises et les conflits que connaissait l’Église. On accusait le clergé de sombrer dans des comportements d’adolescents. On croyait que les curés et leurs vicaires cédaient aux moindres caprices pour se mettre au goût du jour.

Avec le temps, on reconnut que la situation n’était pas aussi simple. L’Église bougeait, c’est certain. Mais elle bougeait comme l’ensemble de la société bougeait. C’était peut-être un signe de santé. Et sans doute un signe prometteur d’avenir.

Le bateau Église a quitté le port tranquille. Il a abandonné les eaux calmes, devenues peut-être des eaux mortes. Il a laissé la sécurité de la terre ferme. Il a laissé ses belles assurances. Trop souvent, la fausse sérénité de l’institution ne prenait-elle pas des airs d’arrogance.

Lire la suite de cette entrée »

Assistance à personne en danger…

Nous traversons un été chaud. Le temps est chaud. Mais surtout l’actualité est fiévreuse. Dans l’ensemble de la planète, des événements dramatiques retiennent notre attention. L’état islamique fait des ravages en Iraq, en Syrie. Dans certaines régions du monde, des chrétiens et des chrétiennes sont persécutés ou réduits à l’exil. Des djihadistes assassinent des journalistes. Ils tranchent des têtes sans aucun respect pour la vie humaine. Israël et Gaza se sont affrontés, tuant des milliers d’enfants, des civils innocents. L’Ukraine est menacée par la présence des forces russes. Malgré la pause estivale de la Commission Charbonneau, les trompettes de la malhonnêteté et de l’injustice n’ont cessé de résonner tout l’été. Et que dire de l’épidémie d’Ébola…

Lire la suite de cette entrée »

Une longue quête

Depuis 2000 ans, Jésus de Nazareth traverse l’histoire en dominant l’actualité. L’humble fils de Marie arrive en tête des plus grandes personnalités. Croyants et incroyants ont perçu le personnage ou l’ont représenté sous différents angles. Une longue liste d’images, les unes en fidélité à l’Évangile, d’autres, plusieurs autres, plus ou moins en contradiction.

Les uns lui ont donné des allures de grand seigneur. Jésus se promènerait dans son domaine, inspectant et admirant sa propriété. Sur son passage, des serfs, des vassaux, des serviteurs courbés d’admiration et de respect. Le Christ apparaît alors comme un être distant, un maître que l’on craint plus qu’on aime.

Lire la suite de cette entrée »