Alain Roy

La grande noirceur…?

Les débats autour de la laïcité ramènent sur le tapis les souvenirs d’une période de la vie de la société québécoise que beaucoup ont désignée comme l’époque de « la grande noirceur ». De l’Après-guerre jusqu’à la mort du premier ministre Maurice Duplessis (1945-1959), les forces de changement ont été étouffées par des courants plus conservateurs. L’Église omniprésente a été accusée, non sans raisons, d’avoir été complice de cette asphyxie et d’avoir freiné le développement et l’épanouissement de la société québécoise. La Révolution tranquille amorcée par le gouvernement de Jean Lesage (1960-1966) a donné un essor à un peuple qui, aux dires de certains, avait été emprisonné dans l’obscurantisme. Et depuis ce temps, l’étiquette de « grande noirceur » est restée accolée à l’Église.

Mélissa

Mélissa m’impressionne. Elle a 15 ans, bientôt 16. Elle appartient à la dynamique escouade de servants de messe de notre paroisse (plus de 25 membres) et lit parfois la première lecture ou la prière universelle de l’eucharistie dominicale. Récemment, elle a demandé à ses parents de ne pas lui faire de cadeau à Noël. Elle considère qu’elle a tout ce qu’il lui faut et même davantage. En revanche, elle apprécierait  qu’on lui verse l’argent prévu pour les cadeaux afin qu’elle puisse le donner à l’œuvre humanitaire de son choix.

Lire la suite de cette entrée »

Un signe ostentatoire depuis 300 ans

Au moment où le débat est lancé sur la charte de la laïcité et le port de signes religieux ostentatoires, la paroisse St-Joachim de Pointe-Claire célèbre le 300e anniversaire de sa fondation. C’est dire que depuis trois siècles, autour du vieux moulin du village, la foi chrétienne est vécue et transmise de génération en génération. Encore aujourd’hui, près de mille personnes se rassemblent toutes les semaines pour célébrer et annoncer leur foi au Christ.

Lire la suite de cette entrée »

Bonnes vacances

Quand j’étais stagiaire dans une paroisse il y a 35 ans, mon curé tuteur m’avait donné un sage conseil. En réaction à un curé qui se vantait de n’avoir jamais pris de vacances en 27 ans de service dans sa paroisse, mon curé m’avait dit : « Cela n’est pas admirable. Mon jeune, prends tes vacances. Si tu ne les prends pas pour toi, prends-les pour les autres…! ».

Lire la suite de cette entrée »

La fiancée

Celle-là, elle est bien bonne! Un pape jésuite, argentin, qui vivait jusqu’alors dans un petit appartement, ancien technicien en chimie,  qui se déplaçait en transport en commun, proche des pauvres et surtout, dont le nom n’apparaissait sur aucune liste des fameux « papabili ». On dit qu’après son élection, il serait allé lui-même régler sa note d’hôtel avant de se consacrer désormais à ses tâches pontificales. Légende ou vérité? De toute façon, cela semble être son genre.
Merci, Seigneur!

Conversion ou conversation?

Le carême arrive presque sur la pointe des pieds. Socialement, il en est peu question. Il est pourtant une chance pour ceux et celles qui veulent rafraîchir leur baptême et le vivre à fond. Quarante jours de pénitence et de conversion nous sont donnés pour modifier notre façon de vivre en l’ajustant à celle de Jésus. Dans l’esprit de plusieurs, le carême est synonyme de privations alimentaires, de privation d’alcool, de dessert ou de sucreries. N’y aurait-il pas mieux à faire pour amorcer une véritable conversion?

Lire la suite de cette entrée »

Les coulisses de la corruption

Depuis quelques semaines, la commission Charbonneau déploie sous nos yeux un triste spectacle. Des témoins racontent avec une certaine désinvolture comment ils se sont laissé corrompre. Des entrepreneurs, des ingénieurs, des fonctionnaires municipaux avouent candidement qu’ils ont volé à leurs concitoyens des sommes astronomiques pendant des décennies, au vu et au su des membres de leur famille et de leurs amis qui, dans bien des cas, en ont indirectement profité. C’est à faire lever le cœur. Mais en même temps, je suis émerveillé par ce qui se passe en coulisse de ce quasi vaudeville. La tenue d’une telle commission fait la preuve réjouissante que beaucoup de gens ont à cœur la justice.

Lire la suite de cette entrée »

Le destin?

Un technicien est bêtement assassiné un soir d’élections provinciales. Il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Une femme célibataire, dans la quarantaine, désespère de rencontrer celui qui voudra partager sa vie. Une enfant de 9 ans décède des suites d’une longue maladie. Dans un cas comme dans l’autre, peut-on parler de destin?

Lire la suite de cette entrée »

Ni dictature, ni parité

Au moment où j’écris ces lignes, les laborieuses négociations entre les étudiants et le gouvernement s’éternisent. Quel que soit leur résultat, ce que j’aurai vu de la société québécoise depuis plusieurs semaines m’aura laissé un goût amer.

Au-delà du débat sur la pertinence ou non d’augmenter les frais de scolarité, j’observe qu’une minorité impose ses vues à la majorité bien que, quand cela fait son affaire et sert ses intérêts, elle réclame pourtant plus de démocratie. Rappelons-nous qu’il s’agit bien d’une minorité d’étudiants qui tient tête d’abord à ses pairs, au gouvernement peut-être impopulaire mais démocratiquement élu, à la police et, si on se fie aux sondages, à une majorité de citoyens. Mépris d’injonctions des tribunaux et de lois, de figures d’autorité, de biens publics et privés, de la démocratie, bref de l’autre.

Lire la suite de cette entrée »

Un petit goût de Pentecôte

Un événement très rare s’est produit chez nous à St-Joachim vendredi dernier : une ordination presbytérale! Dominic Richer, notre stagiaire depuis un an et demi, a été ordonné prêtre par Mgr Christian Lépine, notre archevêque. C’était la première ordination de ce dernier depuis son installation à son poste. Je suis sûr qu’il y a pris goût…

L’atmosphère était féérique. Notre église est à vingt-cinq mètres du lac St-Louis. Bondée pour l’occasion, elle a accueilli la procession d’entrée des soixante-dix prêtres qui défilaient le long du lac, dans le soleil couchant, au son d’une volée de cloches.

Lire la suite de cette entrée »