Blogues

Le paradoxe chrétien

Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix, du rythme des mots qui épouse celui du corps. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète : « Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? », me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère, comment reconnaître que Jésus est le Christ?

Croix église

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Attentat dans une mosquée de Québec

L’odieuse attaque à la mosquée de Sainte-Foy nous montre une fois de plus que la vie est fragile et que la paix n’est jamais acquise. Elle s’ajoute à d’autres tueries qui m’ont malheureusement inspiré plusieurs billets de ce blogue depuis six ans. Ma prière va aux victimes et aux familles endeuillées, surtout aux enfants orphelins de leurs pères. Je me sens solidaire de la communauté musulmane, spécialement celle de la paisible ville de Québec. La haine n’a pas de religion.

Chandelle Québec

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


École de prière (50) Prier avec son corps

La prière s’exprime dans le temps, avec ou sans mots. J’ai déjà parlé dans l’École de prière de ce blogue plusieurs formes de prière comme l’oraison, appelée aussi prière contemplative, la lectio divina, la méditation des psaumes, l’adoration eucharistique, la liturgie des Heures, la marche méditative, le rosaire, la louange… Dans les prochains billets, j’approfondirai un élément central dans l’acte de prier : le corps. J’aborderai les principales postures qui soutiennent l’élévation de l’âme vers Dieu : prier assis, à genoux, debout. Ces postures, si elles sont bien faites, favorisent le recueillement et l’attention à Dieu en soi. Elles expriment les dispositions de l’âme et la vérité des sentiments que nous avons pour Dieu.

Prier nature

Le langage du corps

Le corps humain parle dans la prière, nous pouvons lui faire confiance. Il possède son propre vocabulaire: soupir, silence, cri, larmes, gestes, attitudes, supplication, bénédiction, chant, danse, etc. Qui pourrait douter de son intelligence et de sa sagesse? Certainement pas ces hindous debout sur les rives du Gange, immobiles au lever du jour, ces juifs tournés vers Jérusalem, ces musulmans prostrés en direction de La Mecque, ces moines dans leurs stalles qui s’inclinent au « Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit ».

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


École de prière (49) Prier pour les autres

Il arrive souvent que l’on me demande de prier pour une intention spéciale. Il ne s’agit pas ici de ces demandes de prières que l’on retrouve sur Internet, comme avoir du succès, de l’argent, où l’on exhorte à ne pas briser la chaîne de prière, sinon personne ne sera exaucé. Là, on tombe dans la superstition et la pensée magique. Prier, ce n’est pas soumettre à Dieu notre volonté, mais entrer dans son désir de salut et de bonheur pour chacun de nous.

Prier mains

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Neige bleue

Neige
 
À ce point du jour
l’aube glaciale
s’avance avec la bise
emmitouflée dans des voiles mauves
 
Sa lumière patine
sur la neige bleue
monte aux fenêtres
ouvre la cage
 
Réveille-toi ma joie
l’aurore flamboie
au lever du soleil
dans un écrin de silence
 
C’est le temps de l’envol
tes empreintes sur mon corps
l’extase de la rédemption
 
Pourquoi s’étonner
d’une telle libération
l’amour ne demande rien
quand il glisse sa victoire
dans la chair meurtrie
 
Poème tiré de mon recueil Un souffle de fin silence, à paraître en février 2017 aux Éditions du Noroît.
 
Source : Le blogue de Jacques Gauthier


3 janvier : le Saint Nom de Jésus

La fête du Saint Nom de Jésus a été établie par l’Église le 3 janvier. L’Écriture nous dit qu’au jour de sa circoncision, selon la loi de Moïse, l’enfant de Bethléem reçut le nom de Jésus le huitième jour après sa naissance. L’ange Gabriel l’avait révélé à Marie au jour de l’Annonciation : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut » (Lc 1, 31-32) ». L’ange l’avait aussi annoncé en songe à Joseph. « Tu lui donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire: Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 1, 21).

Nom de Jésus

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


L’ancien et le nouveau

Nouvel an 2017
La main accrochée aux heures
je dessine pour ma petite-fille
la fuite du temps dans mes cheveux

 

Je m’abaisse à sa hauteur
au vestibule de la maison
l’euphorie de se retrouver

 

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


L’enfant de Bethléem, une révélation de nous-mêmes


Le temps de Noël tire à sa fin. Depuis la mi-décembre, nous avons repris les vieux récits de la naissance du Christ. Nous avons pénétré dans leurs mystères, de bien des façons. Nous les avons enrobés de poésie et de merveilleux. Nous avons déployé les Écritures Saintes jusque dans le folklore et les arts.

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Denis Gagnon o.p.


Noël: l’éternité dans le temps

La naissance de Jésus, fils de Marie et de Joseph, manifeste la splendeur de la gloire de Dieu. La terre accueille l’infini, le corps humain devient le berceau du Verbe éternel. « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jean 1, 9). Les décorations, réjouissances, repas, cadeaux, cantiques, sont un pâle reflet de cette gloire divine exprimée dans le dénuement de la crèche.

La croix se profile déjà à l’horizon, le combat entre la lumière et les ténèbres est commencé. Le roi Hérode cherche par tous les moyens à éliminer l’enfant de Bethléem. Le massacre des Saints Innocents illustre la haine diabolique contre le prince de la paix. Cette folie meurtrière continue aujourd’hui dans les multiples attentats et guerres à travers le monde, comme nous venons de le voir dans une église copte au Caire et dans un marché de Noël à Berlin. Devant tant de haine et de violence, nous sommes tentés de ne plus espérer un monde de justice et de paix. « Ne nous laissons pas voler notre espérance »,  répète le pape François.

Pour les chrétiens, Noël, c’est d’abord l’incarnation de Dieu qui se fait petit enfant dans la pauvreté d’une crèche. Par la lumière de la foi, nous contemplons avec ravissement ce mystère du Dieu fait homme qui va à l’essentiel de la condition humaine. Nous célébrons l’éternelle alliance entre l’humanité et son Dieu, évoquée par les évangélistes, surtout saint Jean, dont nous méditons la première épître pendant le temps liturgique de Noël.

Noël 2

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Prière de Noël: Dieu avec nous

Crèche 2015
Dieu avec nous, tu surprends l’humanité entière
en n’étant pas dans la toute-puissance du tyran,
mais dans la promesse d’une naissance à venir.
Accompagne-nous dans notre marche à l’amour,
ainsi nous percevrons ta présence en l’autre.
Dieu avec nous, tu bâtis la justice et la paix,
malgré la guerre, l’intolérance, la haine.
Apprends-nous à t’accueillir sans te manipuler,
à construire avec toi un monde plus fraternel,
ainsi nos déserts se changeront en vergers.
Dieu avec nous, tu réponds à notre espérance
en nous partageant ta soif de libération.
Creuse en nos âmes la faim de ton salut,
pour qu’avec Marie et Joseph nous goûtions la joie
d’être tous réunis un jour dans ton Royaume.
Dieu avec nous, tu viens toujours nous sauver
par l’amour désarmé de l’enfant de Bethléem.
Sois notre étoile dans la nuit de nos doutes,
manifeste ta venue par des signes de pardon,
Toi, l’Emmanuel, de la crèche au tombeau vide.
Source : Le blogue de Jacques Gauthier