Archive pour septembre 2016

Poésie, musique de l’âme

Poésie, musique de l’âme. Un titre qui fait danser. Ce recueil de poèmes brefs, influencé par la poésie japonaise, a germé à l’ombre du monastère de la Croix glorieuse. Haut-lieu de silence et d’adoration eucharistique, le monastère catholique à saveur byzantine est fixé au sommet d’une montagne comme un phare éclairant la belle région de Charlevoix. D’en haut, on aperçoit le fleuve qui coule vers la mer et notre vie qui vogue vers l’éternité. Ici, le corps respire et l’âme chante. Tout invite au silence de la contemplation, cette attention amoureuse au mystère, écrit le poète mystique Jean de la Croix, pour qui le silence est la musique de Dieu.

Ce silence divin est habité par une communauté chantante, les Petits frères de la Croix. J’ai eu la grâce de les rencontrer de l’intérieur lors d’une retraite que j’ai donnée dans leur chapelle en octobre 2013 sur la spiritualité de Thérèse de Lisieux, ma sainte préférée. Les conférences se trouvent sur leur site web : http://petitsfreresdelacroix.ca. À cette occasion, frère Guy m’a montré ses haïkus, cette forme brève qui s’harmonise bien à la vie monastique où quelques mots suffisent pour être.

Voici que l’on me demande d’écrire la préface de son livre, qui paraît aux éditions saint Joseph à Québec, en plein centenaire de la mort du bienheureux Charles de Foucauld, grande source d’inspiration de cette communauté fondée le 8 juin 1980 par l’abbé Michel Verret (1939-1997).

Poésie frère Guy

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Les grandes figures de la spiritualité chrétienne

Le journal Le Figaro et les Presses de la Renaissance viennent de lancer une collection de quarante livres sur les grandes figures de la spiritualité chrétienne qui font partie de notre paysage culturel et spirituel. Chaque livre cartonné de 140 pages, orné d’une dizaine d’illustrations, est écrit par un auteur différent. Il est divisé en trois parties: la vie, le message, l’héritage. On retrouve également en annexes: une anthologie des textes du témoin, la vie en quelques dates, un abécédaire et une bibliographie. La collection est dirigée par le comédien Michael Lonsdale. Chaque livre contient un CD d’une vingtaine de minutes où Lonsdale lit de sa voix chaude et profonde les écrits emblématiques de la personnalité présentée. On m’a demandé de faire ces deux docteurs mystiques de l’union à Dieu: le carme saint Jean de la Croix (1542-1591, à paraître le 16 février 2017) et le cistercien Bernard de Clairvaux ( 1090-1153, à paraître le 9 mars 2017). J’en ai déjà parlé dans ce blogue.

Voici la liste des quarante personnalités chrétiennes, par ordre de publication, qui ont marqué le christianisme des origines à nos jours. Bien sûr, ce choix est personnel, et surtout français, mais ces grandes figures nous invitent à en découvrir d’autres. Elles consitutent la meilleure part de l’humanité, parce que centrées sur Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme.

Grandes figures Figaro

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Hommage à mon oncle franciscain (1917-2016)

Il était une fois un petit garçon de 4 ans hospitalisé pour une jaunisse. Sa mère ne pouvait pas lui rendre visite. Son frère, un franciscain qui l’avait baptisé jadis, prenait le relais. Né à Montréal le 11 avril 1917, il avait vécu à Grand-Mère et avait été ordonné prêtre trente ans plus tard. Il le visitait et lui apportait des bonbons. Cet homme joyeux représentait pour lui une image bienveillante de Dieu. Il l’appelait mon oncle René, mais en religion c’était le père Claude Héroux.

Il se souvient de ces Noëls où il partait avec son père pour ramener l’oncle à la maison, le temps d’un repas. Quand il le visitait à Trois-Rivières, il lui demandait d’explorer le musée du bon père Frédéric, situé à la crypte, sous la chapelle Saint-Antoine. Avec le temps, l’enfant connaissait plusieurs franciscains qui venaient à la maison : les pères Paul, Florian, Gentil, Philippe.

L’enfant grandit et demanda au père Frédéric de l’aider à suivre Jésus. Il fut exaucé à 20 ans, après une adolescence assez mouvementée. Il vécut quatre ans à l’abbaye cistercienne d’Oka, puis quelques mois au monastère des franciscains à Trois-Rivières, alors qu’il étudiait en théologie. Son oncle ne lui parlait pas beaucoup de sa vie spirituelle, par pudeur peut-être, mais il le voyait prier souvent à la chapelle, joliment restaurée selon ses conseils. Le tombeau du bienheureux père Frédéric y avait trouvé sa place tout naturellement.

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


École de prière (44) Reprendre l’oraison

J’arrive de vacances aux Îles de la Madeleine, situées dans le golfe du Saint-Laurent. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais c’est souvent difficile de « faire oraison » lorsqu’on est ailleurs. C’est déjà un défi et un combat d’être fidèle au temps d’oraison durant l’année, alors quand l’horaire est chamboulé durant l’été, le cœur à cœur silencieux avec le Seigneur en prend souvent un coup. Eh bien, à la rentrée, il n’est jamais trop tard pour reprendre. Ce qui est cool avec la prière, c’est que nous pouvons toujours recommencer. Elle est sans cesse un départ, non une arrivée. Comme l’écrivait Madeleine Delbrêl dans Alcide: « Si tu crois que le Seigneur vit avec toi, partout où tu as la place de vivre, tu as la place de prier. Si tu vas au bout du monde, tu trouves la trace de Dieu; si tu vas au fond de toi, tu trouves Dieu lui-même ».

Jacques vacances

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Jacques Gauthier