À Paris, avec Thérèse, pour Jésus

Je me prépare de nouveau à partir pour la France et c’est toujours exaltant, quoique plus fatiguant à 63 ans. La première fois, j’avais vingt ans, et toutes mes dents. C’était en mars 1973. Tout était à découvrir. Je désirais vivre l’Évangile à fond, suite à une conversion au Christ le 2 juin 1972. J’ai vécu six mois à l’Arche de Jean Vanier, près de Compiègne, en partageant le quotidien avec des personnes handicapées. Je suis revenu au Québec pour vivre quatre ans comme novice à la Trappe d’Oka. Puis ce furent les études en théologie à l’UQTR et à l’Université Laval. J’ai fait un doctorat sur le poète Patrice de La Tour du Pin, d’où mes nombreux séjours dans sa famille à Paris et au Bignon-Mirabeau, dans le Loiret. Je suis retourné en France à d’autres occasions pour de mémorables tournées autour des livres La crise de la quarantaine et Les défis de la soixantaine. J’ai donné également quelques retraites sur la petite Thérèse à Lisieux et ailleurs en France. Mon épouse m’a accompagné plusieurs fois.

Le dénominateur commun de ces voyages est un nom, une personne: Jésus. Lui seul peut me faire voyager autant, avec sa petite sainte de Lisieux, qu’on appelle aussi Thérèse de l’Enfant-Jésus. Leur amour me presse. C’est pour eux que je retourne à Paris cette année, du 18 septembre au 5 octobre. Je suis invité pour donner des conférences, animer une mini-retraite adaptée aux horaires des travailleurs, signer des dédicaces, durant la 10e Semaine Thérésienne qui se tient au Sanctuaire Sainte-Thérèse (Paris 16e) des Apprentis d’Auteuil. Le thème de cette année est tiré d’un poème de Thérèse. « Qui a Jésus a tout ». Pour en savoir plus, télécharger le programme. Voir également sur mon site mes activités de cette semaine.

Semaine thérésienne

Ce n’est pas seulement la carmélite de Lisieux qui m’amène dans son pays, mais mon nouveau livre Jésus raconté par ses proches (Parole et Silence), dans lequel je propose un coeur-à-coeur avec le Maître. Il sort en librairie en Europe la veille de mon arrivée. Il est coédité par Novalis pour le Canada et sera disponible début novembre. Cet ouvrage de 226 pages m’a demandé beaucoup de sueur, mais ce projet d’écriture a été passionnant du début à la fin.

En m’appuyant sur les Évangiles, je donne la parole aux proches de Jésus qui nous partagent leur intimité avec lui. On va m’interviewer sur ce livre. Voici quelques rencontres prévues à ce jour: « Le grand témoin », Radio Notre-Dame, en direct le matin avec Louis Daufresne le 24 septembre dès 7h30; « Écoute dans la nuit », Radio Notre-Dame, en direct avec Chantal Bally le 29 septembre de 22h à minuit; « En toutes lettres », RCF, avec Christophe Henning, émission diffusée les lundis à 16h (je ne connais pas encore la date de diffusion).

Avant chaque tournée ou retraite que je donne, il y a toujours des doutes, des inquiétudes, de la lassitude. Je ne m’habitue jamais à ces tentations. C’est bon pour l’humilité et pour la fécondité de la mission. C’est ce qu’on appelle la croix. À ces moments-là, je redouble de ferveur dans la prière. Nous sommes si fragiles et nous nous prenons parfois tellement au sérieux, alors qu’une simple bactérie peut nous jeter par terre. Ma foi au Christ me garde dans l’acceptation de mes limites et me permet de supporter bien des contrariétés. Ce trésor de la foi donne un sens à ma vie et me rend joyeux, malgré les épreuves inévitables de la vie. Quel beau métier tout de même d’être humain!

En ce jour du 14 septembre, où nous fêtons, la Croix glorieuse du Christ, je reprends cette belle parole qui se retrouve dans l’évangile de cette fête: « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle » (Jean 3, 16). Alors, aller à Paris, oui, mais avec Thérèse, pour Jésus.

Jésus raconté par

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Les commentaires sont fermés.