Des racines spirituelles et de l’énergie renouvelable, chez Steven Guilbeault…

Alexandra Cadar

Alexandra Cadar, agente de pastorale sociale

Avec la collaboration spéciale de Alexandra Cadar,

Steven Guilbeault, cofondateur et porte-parole d’Equiterre (1), est venu au Centre Justice et Foi le 16 février dernier, pour nous parler des racines de son engagement qui prennent naissance dans son enfance. Il nous ramène dans sa petite ville natale en Mauricie, La Tuque, lorsqu’il avait environ 5-6 ans et lorsqu’il pouvait encore contempler le paysage sauvage et vierge entourant sa maison: la forêt, les montagnes et le lac. Vivre près de la nature fut pour lui une source d’inspiration qui l’a intimement lié à la nature, dès son plus jeune âge.

Le conférencier continue son récit en nous racontant un souvenir d’enfance, lorsqu’il a osé confronter des inconnus et leurs machines qui venaient menacer la forêt pour un projet de développement immobilier. Dans son innocence, l’enfant voyait une menace pour le boisé avoisinant sa maison. Il se rappelle le sage conseil de sa mère : « Si tu grimpais dans un arbre, celui-là, ils ne le couperaient pas ». Ce fut pour lui un premier geste de désobéissance civile non-violente. Plus tard, à l’adolescence, il est « révolté face aux injustices environnementales ». Steven Guilbeault réussira par la suite à canaliser cette énergie négative pour qu’elle devienne quelque chose de constructif, « comme une énergie renouvelable ». Son intérêt pour l’environnement, pour les changements climatiques et l’investissement responsable des entreprises l’ont conduit à travailler pendant un certain temps à Greenpeace (1997-2007). Actuellement il travaille à Équiterre, fait de nombreuses randonnées à vélo pour visiter des projets écologiques.

Steven-Guilbeault-e1422395687800-300x199

Steven Guilbeault, le témoignage d’un écologiste

Steven Guilbeault  nous présente de nombreuses données scientifiques, soit des photos satellite ou bien des données des rapports de GIEC,  en lien avec les changements climatiques : la fonte de la glace en Arctique, l’augmentation de la température globale,  du niveau des eaux etc. Face aux données alarmantes telles que celles de la NASA et du GIEC, le conférencier indique que tout cela est « une question d’immoralité et d’iniquité au niveau international », car selon les observations « plus on contribue aux changements climatiques, moins on en subit les impacts, et vice-versa ». Nous assistons actuellement à un afflux de réfugiés climatiques,  ce qui suscite des tensions et des négociations dans la communauté internationale et appelle des réponses  :  « Comment compenser la disparition de ceux qui n’ont pas contribué aux changements climatiques?  Où relocaliser les communautés affectées par l’augmentation du niveau de la mer? »… Steven Guilbeault  nous invite à ne pas fermer les yeux devant ces injustices :« Nous avons une responsabilité et une obligation morale envers ceux qui sont affectés. »

Le conférencier nous fait également le portrait des pays producteurs et dépendants du pétrole, le Canada se trouvant dans la partie sombre du tableau. « Cette source d’énergie est très controversée », nous dit Steven G., car elle représente « non seulement un problème écologique, mais également un problème humain ». Des cas de violations des droits de la personne en lien avec l’exploitation du pétrole sont mentionnés, tels qu’en Nigéria ou bien en Alberta en regard des droits des Premières Nations. Steven G. attire notre attention sur le fait que, dans ce portrait, le Québec se trouve à coté des pays comme la Norvège et le Danemark, qui se démarquent par leurs projets d’énergie ayant moins d’impacts environnementaux. Cependant, il nous met en garde vis-à-vis du projet d’Oléoduc Énergie Est (2) de TransCanada qui transportera, entre autres, du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries de la province de Québec, pour qu’il soit par la suite acheminé vers l’Europe, l’Asie etc.

Maison du Développement Durable, Montréal

Maison du Développement Durable, Montréal

M. Guilbeault nous invite à travailler sur nous et sur nos habitudes. Ils nous donnent de nombreux exemples de changements qui pourraient être faits pour réduire la consommation d’énergie ou pour utiliser des énergies plus propres. Il souligne, entre autres choses, l’importance du réaménagement des villes pour favoriser le transport en commun et la création de pistes cyclables. Il fait également l’éloge du projet de la Maison du Développement durable (3)  mis sur pied par Équiterre à Montréal, qui a ouvert ses portes en 2011. Sa source principale d’énergie est la géothermie. Le bâtiment est le premier au Québec à avoir obtenu la certification LEED Platine (4). Cette Maison est également reconnue parmi les bâtiments les plus efficaces en matière énergétique au Québec.

Malgré les inquiétudes soulevées par le thème de la conférence, Steven Guilbeault garde un ton confiant et rassurant. De plus, sa présentation est émaillée d’anecdotes et de courtes caricatures qui suscitent l’humour et allègent le sujet. Ainsi, pour faire pression sur le gouvernement canadien et américain de l’époque (2001) afin de ratifier le protocole Kyoto, il monte sur la tour CN (5) de Toronto, haute d’environ 550 m, et descend sous les applaudissements de la foule! Ce récit nous apparait aujourd’hui comme une projection dans le temps du petit geste innocent de son enfance, lorsqu’il est monté dans un arbre en signe de protestation et de désobéissance civile. Nous l’avions déjà deviné, ses rêves ont été un important moteur dans la réalisation de ses projets: « J’ai eu des rêves, ça nous a amenés là où nous sommes aujourd’hui. » De plus, le porte-parole d’Équiterre nous répète bien souvent qu’au début il n’avait pas de plan de match,  mais qu’il s’est plutôt laissé « porter par une vague bienveillante ».

Finalement, Steven G. nous confie qu’il est riche mais « sans avantages sociaux ni salaire ». La richesse qu’il possède est intérieure. Le soutien qu’il a de sa famille, les personnes engagées des organismes de solidarité internationale avec lesquelles il collabore, la beauté de la nature et du monde, les manifestations des gens dans la rue comme celle du printemps 2012, des gens qui comme lui « croient au rêve d’une société meilleure », c’est «  très nourrissant pour l’âme ».

Autres citations de Steven Guilbeault:

« Gérer les problèmes humains, avant de penser à développer de nouveaux projets. »
« Penser à la réduction graduelle de la production. »

 

Quelques Références :

(1) Steven Guilbeault, cofondateur et directeur principal d’Équiterre
auteur de « le Prochain Virage », écrit avec François Tanguay, publié en 2014
http://fr.wikipedia.org/wiki/Steven_Guilbeault
http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/apres-10-ans-de-campagne-stev/
(2) Oleoduc Energie Est
http://www.transcanada.com/oleoduc-energie-est.html
http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201410/30/01-4814220-oleoduc-energie-est-transcanada-depose-sa-demande-dapprobation.php
(3) Maison du Développement durable
http://www.saq.com/content/SAQ/fr/a-propos/la-saq/nouvelles/500_visites_Maison_DD.html
http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/371997/un-pole-de-developpement-durable-a-montreal
http://www.maisondeveloppementdurable.org/batiment/gestion-ecologique-lenergie
(4) Certification LEED Platine
http://www.maisondeveloppementdurable.org/batiment/certifications
(5) CN Tower
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_CN

 

Et vous, qu’en pensez-vous?
Vos commentaires sont les bienvenus!

 

Source : Le blogue de Anne Bourdon


Les commentaires sont fermés.