Chrétiens persécutés!

Avec la collaboration spéciale de Gérard Laverdure

Marie-Claude Lalonde (à g.), directrice de l'AED Canada et Louise Édith Tétreault, (à dr.) du CCCM, animatrice de la soiréeIMG_8035 directrice AED

Marie-Claude Lalonde (à g.), directrice de l’AED Canada et Louise Édith Tétreault, (à dr.) du CCCM, animatrice de la soirée

Environ 75 personnes ont assisté, ce jeudi 22 janvier,  chez les Dominicains, à la Conférence de Me Marie-Claude Lalonde, avocate, directrice  nationale d’Aide à l’Église en Détresse*, sur la persécution des chrétiens au Moyen-Orient.  Dr Catherine Élian, médecin syrienne à la conférence, originaire de Homs, a donné ensuite son témoignage. Mgr Lépine, membre du conseil d’administration de l’AED participait à la rencontre.  Également présent, Bernard Descôteaux, directeur du quotidien Le Devoir. C’est madame Louise Édith Tétreault, du Centre culturel chrétien de Montréal (CCCM), qui animait la soirée.Layout 1

D’entrée de jeu, madame Lalonde établit l’ampleur du drame que nous ignorons ou minimisons en Occident, même dans les communautés chrétiennes : 75% des victimes de persécutions pour motif religieux dans le monde, soit 200 millions de personnes, sont des chrétiens. Les persécutions s’exercent de multiples façons : discriminations légales (citoyen de seconde classe) et sociales, hostilité ouverte, menaces, saccages de maisons et d’églises, enlèvements de jeunes filles par milliers pour les convertir par la force, assassinats de prêtres et de membres de communautés. En pays de guerre civile (Irak, Syrie), c’est l’horreur : les chrétiens sont pourchassés par les islamistes et doivent se réfugier dans les pays voisins, car même dans les camps de réfugiés, ils sont à risque d’être identifiés (la carte d’identité indique la religion…). Ces déplacés et réfugiés, comme d’autres groupes, se retrouvent sans rien, ayant tout abandonné dans leur fuite précipitée. Ils survivent dans des conditions inhumaines : sans eau, ni nourriture, ni abris, ni médicaments, ni bien sûr sécurité. Le nord de l’Irak et de la Syrie connaissent la neige et le froid en hiver. Des enfants y meurent de froid. En Afrique et au Pakistan, où sévissent aussi les extrémistes islamistes, ce sont les mêmes situations catastrophiques.

En Syrie

En Syrie

Pourtant, l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) protège spécifiquement la liberté de pensée, de conscience et de religion.** C’est complètement ignoré par ces pays, et dans les pays occidentaux c’est le silence sinon la complicité, d’affirmer madame Lalonde. Ils ont d’autres intérêts à défendre, financiers et géopolitiques. Ils cherchent aussi à imposer leur modèle de démocratie à toute vitesse, sans tenir compte des cultures et traditions locales. Certains de leurs « amis », comme l’Arabie Saoudite (wahhabisme), financent les djihadistes avec leurs pétrodollars…

L’implantation des chrétiens au Moyen Orient remonte au temps de saint Paul. Depuis, ils ont connu l’invasion arabe, l’empire ottoman, la colonisation occidentale, etc. Ils forment entre 4 % de la population (Jordanie), jusqu’à 5.1 %, avec les coptes et les orthodoxes (en Égypte – d’une population de 82.5 millions). En Syrie (pop. 22.8 millions), il y a 6.5 millions de déplacés à cause de la guerre civile; 5.2% sont chrétiens, surtout situés dans le nord. Le Liban déborde de réfugiés, plus de 2 millions, pour un pays de 22.8 millions. En Irak (pop. 36 millions), à 97% musulman surtout à composante chiite, les chrétiens sont passés de 1.3 millions en 2003 à 2-300 milliers (0.08%) en 2013. (Infos sur Wikipédia). Depuis longtemps et de plus en plus, l’amalgame se fait entre chrétiens et Occidentaux, États-Unis et richesse. Après les invasions américaines, la rancœur est grande. Les enlèvements avec demande de rançons sont fréquents, en Irak comme en Syrie et au Liban. Comme le dit la directrice de l’AED, « Le sang des martyrs coule sans cesse au Moyen-Orient ».

Dr Catherine Élian, médecin, originaire de Homs en Syrie, a quitté Alep il y a deux ans pour des vacances à Montréal, où sa fille étudie. Elle n’a jamais pu retourner chez elle. Elle témoigne de la convivialité qui animait les diverses communautés d’Alep, avant l’arrivée des radicaux islamistes. Beaucoup de modérés sont devenus radicaux sous la menace de représailles, ou pire, d’y perdre la vie et leur famille. Elle dit que même l’ONU ne peut guérir un tel gâchis. L’intransigeance et l’appétit de beaucoup de pays occidentaux, dont les États-Unis, et des alliances douteuses ont enfoncé la région dans un marécage de violences. Elle mise sur l’éducation, surtout des femmes qui, elles, éduquent les enfants. Elle favorise aussi l’ouverture au dialogue entre communautés différentes. Elle apprécie grandement les prises de paroles du pape François pour la justice et la paix.

Ce qui est souhaité par tous, c’est que le drame de la persécution des chrétiens du Moyen-Orient et d’ailleurs soit connu dans notre société et dans notre Église. AED propose trois axes d’action : prier, informer et agir. Les communautés chrétiennes d’ici sont invitées à s’impliquer et à supporter AED.

Gérard Laverdure

 

* « L’AED Canada est un organisme caritatif catholique. Il constitue le secrétariat national canadien d’un organisme international nommé aussi Aide à l’Église en Détresse. Ce dernier a été fondé en 1947, en Belgique par le père Werenfried van Straaten, un moine de l’Ordre des Prémontrés. Son siège social est situé à Königstein, en Allemagne. L’Aide à l’église en Détresse est aujourd’hui présente dans près de 153 pays du monde. Elle reçoit ses fonds uniquement des dons de fidèles et elle ne profite d’aucune aide gouvernementale.

L’originalité de l’AED vient du fait qu’elle s’emploie à assister non pas tant les individus que les communautés de fidèles catholiques, partout où ceux-ci se trouvent en difficulté, soit à cause de la persécution dont ils sont l’objet, soit à cause de besoins matériels criants. Témoin de son ouverture œcuménique, la sollicitude de l’AED s’étend aussi à l’Église Orthodoxe. Depuis la fondation de l’Œuvre, plus de 3 milliards de dollars ont été acheminés aux églises locales les plus nécessiteuses. » (cf. Leur site internet).

**« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. » (DUDH, article 18)
 

Site internet de l’AED : http://www.acn-aed-ca.org/2-francais/findex2.htm  Tél. 514-932-0552. Rappelons qu’un ouvrage intitulé « Rapport sur la liberté religieuse dans le monde » de 2014, a été publié par l’Œuvre internationale catholique de bienfaisance AED, au début de novembre 2014.

 

Et vous, qu’en pensez-vous?
Vos commentaires sont les bienvenus

Source : Le blogue de Anne Bourdon


Les commentaires sont fermés.