Espace prière dans les aéroports

Ce qui fait la beauté du désert, écrivait Saint-Exupéry dans Le Petit prince, c’est qu’il cache un puits quelque part. Même chose pour les aéroports, à la différence que le puits c’est l’espace prière, appelé parfois lieu de silence.

Air-journal-espace-priere

J’écris ce billet à l’aéroport Charles de Gaulle, plus précisément dans le lieu de prière chrétienne. Contrairement à l’aéroport de Montréal, il y a deux pièces pour les musulmans et les juifs. Trois oasis où l’on peut se recueillir en silence dans le respect des différences et boire l’eau de son propre puits.

Le lieu chrétien contient un petit autel, des chaises, un crucifix, une Bible, une icône de la Sainte Trinité et de la Vierge Marie, ainsi que quelques livres de prière. Des tapis et le Coran ornent la salle musulmane, tandis qu’une menorah, le chandelier à sept branches des Hébreux, illustre la sobriété du rite juif. Des symboles essentiels aux trois grandes religions.

Au lieu où je suis, il y a ce très beau texte au mur qui n’est pas signé et qui s’intitule: Chapelle oecuménique. Le voici.

Avec tous mes frères chrétiens,
être à l’écoute de la parole de Dieu!
Il est le Verbe de Dieu!

Avec nos frères protestants,
regarder la Croix, sans Christ.
Il est le Ressuscité!

Avec nos frères catholiques,
s’agenouiller devant le Saint-Sacrement.
Il est le Pain de vie!

Avec nos frères orthodoxes,
contempler l’icône de la Mère de Dieu.
Il est né d’une femme!

Avec nos frères israélites et musulmans,
qui prient à côté de cette chapelle,
et avec tous les croyants,
se tenir en présence devant Dieu,
en solidarité avec tous nos frères humains.

Il est venu pour que nous ayons la vie,
et que nous l’ayons en abondance!

Alors, quand vous prendrez l’avion et que vous avez un peu de temps, il y a également cet espace hors taxes, où l’on goûte un silence qui fait du bien à l’âme: l’espace prière. Il nous rapproche du ciel, et c’est gratuit.

Mais il faut que je vous quitte à l’instant, car je vais rater mon avion. Le ciel m’appelle.

 

Source : Le blogue de Jacques Gauthier


Les commentaires sont fermés.