Hasard ou providence?

Mon neveu a 25 ans. En septembre dernier, il a complété une brillante maîtrise en marketing dans une université de Dublin, en Irlande, et cela, au prix de nombreux sacrifices. À son retour, il croyait trouver un emploi facilement compte tenu de ses nouvelles qualifications. Erreur! Il lui a fallu six mois avant d’en décrocher un, modeste, dans une petite agence de publicité. Deux mois plus tard, il attendait encore d’être payé pour ses services. Il a vite compris que l’agence était au bord de la faillite et qu’il devait recommencer l’envoi de son c-v à d’innombrables entreprises (une soixantaine). Pas de réponse. Au bord du découragement et de l’amertume, il accompagne son père, un matin, à son bureau, histoire de lui donner un coup de main et de se sentir utile pendant quelques heures.

Au moment de la pause, il va chercher deux cafés dans un commerce de la rue Sainte-Catherine et croise alors un itinérant qui lui tend la main. Mon neveu engage la conversation et lui donne les deux derniers dollars qu’il avait dans ses poches. En revenant au bureau, il dit à son père : « Je suis tellement dans la dèche que même un itinérant aura fait plus d’argent que moi durant sa journée! ». Deux jours plus tard, la firme Québécor l’appelle et lui offre un emploi sur mesure pour lui, tout à fait dans son champ de compétence, avec de belles perspectives d’avenir et un salaire fort intéressant. Un hasard?

Moi qui ai prié pour lui durant des mois, je crois plutôt que le Seigneur lui a fait un clin d’œil. Le Seigneur s’occupe de ceux et celles qui donnent tout. Il les fait parfois languir mais il ne les oublie jamais. C’est ce que les chrétiens appellent la « providence » c’est-à-dire l’expérience de Dieu qui pourvoit, qui « voit » à ses enfants. À l’Accueil Bonneau, une religieuse parlait d’un « Esprit du don ». Elle avait vu l’Esprit du don à l’œuvre, la providence en action. Des dizaines de fois, elle avait été témoin de dons inattendus mais qui tombent pile, de « coïncidences », de hasards qui sont trop des hasards pour n’être que des hasards. Quand tu donnes tout, tu vis dans l’Esprit du don et il te rattrape au bon moment. Parles-en à mon neveu…

Bonnes vacances!

Alain Roy, curé de St-Joachim

 

 

Source : Le blogue de Abbé Alain Roy


Les commentaires sont fermés.