Archive pour mars 2013

Deo Gratias ! Un grand merci !

Un GRAND merci à tous ceux et celles qui ont assisté à l’organisation, à l’exécution et surtout à la participation de la JMJ diocésaine 2013. C’est grâce à vos grands esprits et votre enthousiasme que nous avons pu réaliser cette belle mission que le bienheureux Jean-Paul II nous a confié il y a 28 ans aujourd’hui. Continuons à vivre notre jeunesse dans sa plénitude, et « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples ! » (cf. Mt 28, 19)

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de


Cher François

Ce n’est pas sans émotion que les catholiques ont appris ton élection comme évêque de Rome et successeur de Benoît XVI. On criait de joie sur la place Saint-Pierre dès les premières volutes de fumée blanche. Personnellement, je retenais mes ardeurs : ce n’est pas tout d’avoir un pape, il en faut un bon! Je préférais en connaître le nom avant d’applaudir ou de faire la moue.

Le cardinal Taurant annonça solennellement ton élection. J’ai d’abord été surpris par le nom de ton pays. Le pape vient d’un continent autre que l’Europe. Il vient de l’Amérique du Sud, il vient d’Argentine. Voilà du neuf, du vrai neuf. Moi qui commençais à désespérer des vieilles rides de mon Église, je reprenais confiance. Mon Église pouvait dégager encore des odeurs printanières!

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Denis Gagnon o.p.


Pardonner pour être plus humain

«Le pardon est là précisément pour pardonner ce que nulle excuse ne saurait excuser. Il est fait pour les cas désespérés ou incurables.» (Vladimir Jankélévitch) Autrement dit, le pardon existe pour pardonner l’impardonnable. Il fait partie des situations limites. C’est pourquoi il est souvent jumelé à son contraire : la vengeance.
Le pardon est difficile à accorder d’autant plus qu’il n’est pas en bons termes avec la justice. Celle-ci cherche à faire payer l’offense. Faire subir à l’autre le mal qu’il me fait subir. Goûtes-y à ton tour! Et tout sera réglé. Les choses reviendront comme auparavant, pense-t-on.
Source : Le blogue de Denis Gagnon o.p.


La fiancée

Celle-là, elle est bien bonne! Un pape jésuite, argentin, qui vivait jusqu’alors dans un petit appartement, ancien technicien en chimie,  qui se déplaçait en transport en commun, proche des pauvres et surtout, dont le nom n’apparaissait sur aucune liste des fameux « papabili ». On dit qu’après son élection, il serait allé lui-même régler sa note d’hôtel avant de se consacrer désormais à ses tâches pontificales. Légende ou vérité? De toute façon, cela semble être son genre.
Merci, Seigneur!

Source : Le blogue de Abbé Alain Roy