Et si le crime nous concernait tous?

Ce sujet fut débattu lors d’un Café-Jasette le mercredi 21 novembre dernier au soir, dans le cadre de la Semaine nationale de Justice Réparatrice. On était assis serré, ou même debout, dans un café en demi sous-sol de la rue St-Denis, près de Sherbrooke. Une bonne cinquantaine de personnes d’horizons variés, jeunes et moins jeunes, étudiants ou travailleurs ont été tenus en haleine par les échanges avec Sylvie Vanasse, ex-victime et Daniel Benson, ex-détenu.

Fabien Torres, Daniel Benson et Sylvie Vanasse

Fabien Torres, Daniel Benson et Sylvie Vanasse

L’animateur, Fabien Torres, enseignant en sociologie au collégial, et bénévole au Centre de Service de Justice Réparatrice lors de Rencontres Détenu-Victime (RDV), a introduit le thème de la soirée en rappelant quelques faits importants :

Les prisons sont engorgées, les tribunaux surchargés et le système de justice pénale, dans son approche, a une capacité limitée pour éviter la récidive. 

À travers son expérience des RDV auxquelles il participe comme représentant de la société civile, Fabien nous entraine sur d’autres avenues, dans un voyage plus intérieur, au cœur de relations humaines entre victime et détenu, un voyage tel que lui-même n’en avait jamais connu auparavant, « le plus intense et le plus marquant de toute ma vie, nous dit-il, malgré le fait que j’ai beaucoup voyagé »!

Lors de ce voyage, de ce tête-â-tête entre un-e détenu et une victime, accompagnés de représentants de la communauté et de deux intervenants formés, Fabien témoigne combien cet espace ouvert et offert au dialogue, dans un climat d’écoute et de respect, est source de libération des émotions par la parole, de plus grande compréhension, et par là-même de résilience pour chacun-e des deux parties. Les représentations que l’on s’était fait de son « ennemi » tombent, les préjugés sont démystifiés et notre regard sur l’autre, en le ré-humanisant, libère de la violence, de la colère, de la vengeance peut-être latente, et nous ré-humanise en même temps.

La suite dans le prochain article…

 

Et vous qu’en pensez-vous?
Vos commentaires sont les bienvenus!

Source : Le blogue de Anne Bourdon


Une réponse à to “Et si le crime nous concernait tous?”

Laisser un commentaire