Un monastère invisible

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Aujourd’hui, j’aimerais vous demander une généreuse collaboration et une active participation afin de devenir ensemble « monastère » de prière pour les futurs prêtres. Je présente le tout à l’intercession du saint curé d’Ars, des saints martyrs canadiens, de sainte Kateri Tekakitha et de Ste-Thérèse de Lisieux. Tous voyaient l’importance de prier pour les pasteurs futurs, pour ceux qui participent à la vie actuelle de notre église, ainsi que pour ceux qui ont marqué notre histoire. Dans la communion des saints, prions ensemble.

 

Le 25 mars dernier, dans une étude demandée par de la Congrégation pour l’Éducation Catholique, le Cardinal Grocholewski (préfet) mentionnait que :

Dans les communautés ecclésiales, il faut encourager un vrai mouvement de prière pour demander des vocations au Seigneur. (…)


Il convient de soutenir et d’intensifier les initiatives qui donnent l’exemple d’une communauté unie dans la prière pour les vocations. Le Centre diocésain des vocations pourrait ainsi proposer et organiser l’initiative du monastère invisible, par laquelle de nombreuses personnes, de jour et de nuit, s’engagent à la prière continue pour les vocations sacerdotales.  (Orientations pastorales pour la promotion des vocations au ministère sacerdotal. No. 17)

Ceux qui discernent un appel au sacerdoce ont besoin de ferventes prières. Avant leur entrée au Grand Séminaire de Montréal, les candidats au sacerdoce doivent être ouverts à la grâce du fiat : à dire un oui libre et amoureux. La prière des fidèles est importante. Pendant leur séjour au Séminaire,  les séminaristes reçoivent une formation humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale qui leur permet de devenir les pasteurs de demain; pasteurs selon le cœur du Christ. Jusqu’au jour de leur ordination, ils apprendront à aimer et servir le peuple de Dieu, à aimer le Christ et son Église, tout en faisant fructifier les dons et charismes que le Seigneur a mis en chacun d’eux. La prière des fidèles est là aussi importante. Devenus prêtres, ils auront mission à leur tour d’aider leurs frères et sœurs à discerner leur vocation respective, aidant ainsi les chrétiens à faire fructifier les dons et charismes que le Seigneur a mis en chacun de ses fils et filles. Les prêtres sont au service du peuple de Dieu en lui permettant de vivre de l’Eucharistie; de s’alimenter à la grâce de la miséricorde divine et des autres sacrements; de s’engager au nom de la foi et de mieux comprendre la Parole de Dieu. Le prêtre apporte aussi les prières de ceux et celles qu’il côtoie devant Dieu. La prière des fidèles y est aussi finalement importante. À toutes les étapes de sa vie, celui que Dieu appelle au sacerdoce a besoin de prières, de vos prières.

« On ne doit pas se faire d’illusions. Bientôt, on n’aura plus de prêtres ! » attendons-nous en certains lieux. Certains croient qu’avec la tendance sociale, cela est un fait. Et pourtant, le « Maître de la Moisson » nous rappelle que la moisson est abondante. Que croire ? « Le Concile Vatican II a été aussi explicite que possible en affirmant que “le devoir de favoriser l’augmentation des vocations sacerdotales appartient à toute la communauté chrétienne, qui est tenue de s’acquitter de ce devoir avant tout par une vie pleinement chrétienne” (Optatam totius, n.2). Malgré le petit nombre de ceux qui répondent à cet appel spécifique, il nous faut reconnaître que le Seigneur continue de semer de nombreuses vocations dans le cœur des jeunes et moins jeunes. « Avant de te façonner, dans le sein de ta mère, je te connaissais; Avant que tu ne sortes de son ventre, je t’ai consacré » (Jér 1,5) Il nous faut garder courage. Le Seigneur veut une église vivante. Il nous demande d’aider par une prière fervente et en actions concrètes nos frères à découvrir l’appel et à y répondre. Il a semé cet appel au bonheur en chacun de nous. Le troisième Congrès Continental sur les vocations au ministère ordonné (avril 2002) dégageait cinq priorités pastorales pour y parvenir « Prier, évangéliser, expérimenter, accompagner et inviter »; il nous invitait ainsi créer une culture des vocations. Cela débute aujourd’hui, nous rappelle le Seigneur. « Aie confiance. Je ferai de toi, un pêcheur d’hommes! »

 

De nombreuses études montrent que plus de 90% des prêtres sont heureux dans leur vocation. Le bonheur véritable jaillit dans le cœur de celui qui sait répondre en toute liberté et avec amour à l’appel que le Seigneur a inscrit en lui. Le manque de réponses de candidats dépend trop souvent de l’oubli ou de la négligence dans l’interpellation de candidats ou du fait de ne savoir comment le faire. Qui de mieux placer pour interpeller qu’un prêtre ? Nous avons besoin que vous priez pour que les prêtres puissent être aussi de bons interpellants. Qu’ils aient confiance en l’Esprit Saint qui agit en eux et par eux. Que des vocations au sacerdoce jaillissent aussi de nos familles. Que les catéchètes et les intervenants jeunesse puissent aider les jeunes à découvrir leur vocation sacerdotale. Qui ne cherche pas le bonheur ? Pour nous, le Christ est-il source de bonheur ? Là aussi, votre prière devient essentielle.

 

Oui, dans la vie du Christ tout comme dans celle de la longue histoire de l’Église, la prière a toujours eu une grande importance. De nombreux projets naîtront mais, surtout, plusieurs visitations seront permises par notre Seigneur. Des gens seront appelés à collaborer sur le terrain; d’autres seront invités à prier afin que la volonté de Dieu se réalise dans le cœur de chacun. Il faut prier pour toutes ces intentions.

 

En tant que nouveau directeur de l’œuvre des vocations et du Service diocésain de pastorale des vocations sacerdotales, j’aimerais donc solliciter votre aide et soutien par une prière fervente pour les vocations sacerdotales. Qu’en cette année de la foi, qu’en ce temps de grâces, le Seigneur permette aux jeunes de prendre un temps pour « écouter sa Parole et proclamer la foi pour la louange et la gloire de Dieu le Père » poursuivant ainsi cette invitation qu’ils ont reçu en présence de leurs parents, parrain et marraine le jour de leur baptême. Devenons pour eux, des témoins !

 

Au nom de ceux qui bénéficieront des grâces de vos prières, je vous remercie sincèrement. Nous prierons aussi pour vous. Que le Seigneur entende le cri de vos prières! Par Lui, avec Lui et en Lui, soyons unis dans cette nouvelle mission et devenons à toute heure du jour et de la nuit « Monastère invisible de prière ».  Prions :

 

Seigneur Dieu, tu as appelé les prêtres à ton service, et tu les as établis médiateurs entre ton peuple et Toi. Conduis-les, afin qu’avec une vraie sagesse et un cœur de père, menant eux-mêmes une vie exemplaire et sainte, ils nous entraînent tous vers Toi. S’ils sont affligés, sois leur consolation; dans les dangers, viens à leur secours, et garde-les du découragement. Donne-leur force et enthousiasme pour leur travail apostolique. Qu’ils soient des pasteurs pleins d’ardeur au service des âmes qui leur sont confiées, et accorde-leur d’avoir un jour part avec elles à la joie de ton Royaume. Amen.

« « Simon, tu dors ! Tu n’as pas eu la force de veiller une heure ? » (Mc 14,37). Voulez-vous prier officiellement pour les vocations sacerdotales pendant une heure à toutes les semaines ? Si oui, merci de nous indiquer l’heure et le jour de la semaine pour lequel vous aimeriez prendre cet engagement comme personne ou commepetit groupe. Nous espérons d’ici quelques mois avoir de nombreux priants.

Déjà à la cathédrale de Montréal, de nombreuses personnes prient devant le St-Sacrement tous les jeudis de 9h00 à 17h00. Nous remercions Mgr Robert Sancoucy (curé) et l’abbé Joël Saavedra (vicaire) de cette belle initiative !

Source : Le blogue de L'abbé Silvain Cloutier


Une réponse à to “Un monastère invisible”

  • Lionel Sauvé, mh sma:

    Comme agent de pastorale par la prière avec le YG Chinese Catholic Community, je me joint au MONASTÈRE INVISIBLE. «L’Église et le monde ont grand besoin du culte eucharistique.Jésus nous attend dans ce sacrement de l’amour. Ne refusons pas le temps pour aller le rencontrer dans l’adoration, dans la contemplation pleine de foi.»Jean-Paul II

Laisser un commentaire