Archive pour décembre 2012

Françoise Marcelin, témoin d’une foi engagée en milieu ouvrier

Françoise Marcelin est la coordonnatrice locale du Mouvement des Travailleurs et Travailleuses Chrétiennes, qui  compte huit équipes à Montréal (50 équipes dans tout le Québec). Venant d’une famille modeste de Haïti, elle se sent à l’aise et proche de ses racines à l’intérieur de ce mouvement ouvrier, qui fait la promotion d’une spiritualité de l’engagement social, à incarner dans son milieu.

À travers la révision de vie (méthode du Voir Juger Agir) pratiquée régulièrement et en équipe, éclairée par la Parole de Dieu, Françoise s’interroge sur les causes des situations rapportées, sur les responsabilités personnelles et collectives, enfin sur les changements auxquels ces situations la convient : transformation et conversion personnelle, action collective en solidarité et rayonnement dans le milieu.  C’est en œuvrant dans le sens de reconnaître et de faire reconnaître la dignité de la personne, de la placer au centre des réalités observées, de l’aider à prendre toute sa place dans la société, que Françoise décrit le sens et la saveur d’Évangile qu’elle puise dans ce mouvement, tout en le réinvestissant directement. Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Anne Bourdon


Dans la mouvance de Vatican II: le Mouvement des Travailleurs et Travailleuses Chrétiens…

Des membres du MTTC de Montréal, dont Françoise Marcelin

Le Mouvement Mondial des Travailleurs Chrétiens possède une longue tradition de rassemblement de travailleurs et travailleuses chrétiens. Il offre de la formation à ses membres, en vue de créer des solidarités et de participer au changement social qu’implique la foi en Jésus-Christ. Le mouvement, en affirmant la dignité de chaque homme et de chaque femme, rejette une vision purement matérialiste de l’être humain et du monde. Fondé sur le message de l’Évangile, il proclame l’égale valeur de tous, mais il nous invite à prendre une option prioritaire pour les plus faibles et les plus démunis parmi nous. De cette façon, il veut participer à l’amélioration des conditions de vie de tous les travailleurs et travailleuses, ainsi que de leurs familles.

C’est Joseph Cardjin, prêtre séculier belge issu d’une famille croyante et de condition modeste, qui a fondé ce mouvement au début du 20ème siècle (Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) en 1925; puis la Ligue Ouvrière chrétienne en 1930, qui deviendra plus tard le Mouvement des Travailleurs Chrétiens). Il était confronté aux graves problèmes rencontrés par le monde ouvrier dans une période d’industrialisation croissante. Choqué de voir que la plupart de ses camarades d’école, devenus ouvriers, perdaient la foi ou avaient abandonné toute pratique religieuse, il a cherché à comprendre le sens et à vaincre cette apparente incompatibilité. Il a voulu réconcilier la condition de jeune travailleur avec le dessein de Dieu, à réaliser dans cette vie même, en lien avec l’Église. En fait, il était persuadé de la nécessité d’un mouvement destiné aux jeunes ouvriers et animé par eux, où ils apprendraient à réaliser l’unité de leur vie d’homme et de croyant. D’ailleurs, il avait pour conviction profonde que « la vie d’un jeune travailleur ou d’une jeune travailleuse vaut plus que tout l’or du monde, car ils sont enfants de Dieu ». Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de Anne Bourdon


Sagesse et technologie

« On ne peut pas me prendre ma vie. Je l’ai déjà donnée. » C’est ce qu’écrivait à sa famille inquiète un moine de Tibhirine en Algérie tel que nous le montrait le film « Des hommes et des dieux ». Le diocèse de Montréal dénombre de nombreux prêtres, jeunes et âgés, qui ont donné leur vie au Seigneur le jour de leur ordination et respecteront fidèlement cet engagement tout au long de cette dernière. « Tu es prêtre à jamais selon l’ordre du roi Melchisédech. » (Psaume 109)

 

En ce jour de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, Mgr Norbert Lacoste P.H. fête 89 ans d’existence.  Il y a quelques mois, il célébrait 65 ans de sacerdoce; 65 ans à dispenser par les sacrements de l’Église, par ses ferventes prières et par ses actions ministérielles les grâces du Seigneur.  Un exemple de don de soi. « Le prêtre n’est pas prêtre pour lui, il est pour vous. » (saint Jean-Marie Vianney) Le prêtre se sanctifie par l’exercice de ses fonctions et ses prières. Mgr Lacoste a su répondre à l’appel de son évêque en divers domaines. Il a étudié en sociologie. Il est ensuite devenu pendant 20 ans assistant-directeur et directeur de l’Œuvre des vocations du diocèse de Montréal et, entre autre, fondateur du groupe de prière Serra Montréal.  Voilà un bel exemple de vie donnée au service des autres.

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de L'abbé Silvain Cloutier


Un monastère invisible

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Aujourd’hui, j’aimerais vous demander une généreuse collaboration et une active participation afin de devenir ensemble « monastère » de prière pour les futurs prêtres. Je présente le tout à l’intercession du saint curé d’Ars, des saints martyrs canadiens, de sainte Kateri Tekakitha et de Ste-Thérèse de Lisieux. Tous voyaient l’importance de prier pour les pasteurs futurs, pour ceux qui participent à la vie actuelle de notre église, ainsi que pour ceux qui ont marqué notre histoire. Dans la communion des saints, prions ensemble.

 

Le 25 mars dernier, dans une étude demandée par de la Congrégation pour l’Éducation Catholique, le Cardinal Grocholewski (préfet) mentionnait que :

Dans les communautés ecclésiales, il faut encourager un vrai mouvement de prière pour demander des vocations au Seigneur. (…)


Il convient de soutenir et d’intensifier les initiatives qui donnent l’exemple d’une communauté unie dans la prière pour les vocations. Le Centre diocésain des vocations pourrait ainsi proposer et organiser l’initiative du monastère invisible, par laquelle de nombreuses personnes, de jour et de nuit, s’engagent à la prière continue pour les vocations sacerdotales.  (Orientations pastorales pour la promotion des vocations au ministère sacerdotal. No. 17)

Lire la suite de cette entrée »

Source : Le blogue de L'abbé Silvain Cloutier