Le destin?

Un technicien est bêtement assassiné un soir d’élections provinciales. Il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Une femme célibataire, dans la quarantaine, désespère de rencontrer celui qui voudra partager sa vie. Une enfant de 9 ans décède des suites d’une longue maladie. Dans un cas comme dans l’autre, peut-on parler de destin?

Je ne crois pas au destin. Je ne crois pas que notre vie soit toute écrite d’avance et que son allure et sa fin en soient déjà décidées. Croire au destin laisse entendre que nous ne sommes pas libres et je me refuse à cette fatalité. Notre vie ne nous tombe pas dessus comme si nous n’y pouvions rien. Je crois plutôt que notre vie est tricotée par trois aiguilles.

La première, c’est notre liberté, nos propres décisions. Certains événements se produisent parce que nous avons agi en conséquence. Par exemple, si je traverse la rue sans regarder et que je me fais heurter par un autobus, ce n’est pas du destin, c’est de la négligence. Si je ne prends pas soin de ma santé et que je meurs prématurément, c’est ma faute. Ce n’est pas un destin. Inversement, si je prépare mon avenir par des études, des placements judicieux et du cœur à ‘ouvrage, j’aurai probablement une retraite agréable…  « grâce à Dieu » mais surtout grâce à moi…!

La seconde aiguille qui participe à la trame de notre vie, c’est l’intervention du Seigneur. Je crois que Dieu agit dans notre vie mais toujours pour notre bien. Il n’envoie pas de malheur ou de punition à personne. Il s’offre à nous guider mais pas à nous téléguider. Guider quelqu’un suppose que l’on respecte sa liberté et qu’on le laisse donc décider. Téléguider, c’est au contraire imposer une direction, un rythme, une conduite. L’amour laisse libre, il n’impose pas, il ne téléguide pas. Et Dieu est amour…

La troisième aiguille, c’est le hasard. Certains événements, heureux ou malheureux, arrivent parfois sans raison, sans auteur, sans dessein particulier. Le Seigneur peut s’en servir mais ce n’est pas lui qui les a provoqués. Comme tout se passe sous son regard, il peut faire tout contribuer à notre bien. Il peut tirer du bien même de ce qui est mal. Il peut utiliser des hasards pour s’immiscer dans notre vie et lui donner une tournure plus heureuse.

Ma foi chrétienne me fait croire en l’avenir mais pas au destin.

Alain Roy
Curé de St-Joachim

Source : Le blogue de Abbé Alain Roy


2 réponses à to “Le destin?”

  • Pierre:

    Le destin c’est comme une route qu’on suit: on peut marcher sur le trottoir ou le pavé, marcher à reculons ou non, marcher plus vite ou plus lentement. C’est là notre liberté. Mais elle est tributaire de nos habitudes, notre éducation, notre passion.
    Le hasard je n’y crois pas puisque « tous nos cheveux sont comptés » (Evangile de …)
    Oui Dieu n’envoie pas de malheur à personne mais nous le pensons souvent car nous jugeons Dieu (tout comme les enfants qui trouvent que les vaccins sont pour eux un malheur alors qu’en réalité ils les préservent de la maladie). Ce qu’on nomme des malheurs nous en souffrons mais à la fin souvent on se rend compte qu’il nous ont fait avancer, évoluer, nous ont ouvert une nouvelle porte, un nouveau chemin.

  • Andrée Berthelet:

    Bonjour,

    Je suis contente de vous retrouver. Je m’ennuyais de votre façon de nous ramener le Seigneur au ras des pâquerettes. Ce texte en particulier va m’aider à essayer de faire comprendre à une personne âgée, seule, malade que ça n’est pas sont destin mais que si elle se laisse interpeller par le Seigneur peut-être y trouvera-t-elle une certaine consolation?

    Andrée Berthelet
    Paroisse Ste-Rose-de-Lima

Laisser un commentaire