Des livres à profusion…

La vie est faite de petits et de grands événements. À travers nos parcours parfois enchevêtrés se profilent occasionnellement des moments magiques, des expériences inoubliables, des rendez-vous assez uniques. À chaque année, en cette saison qui peut occasionner la déprime, se déroule l’incontournable Salon du livre de Montréal qui accueille avec joie et fébrilité plus de 120 000 amoureux de livres et admirateurs d’écrivains talentueux, voire géniaux. C’est sous le thème « Montréal, francosphère du livre» que nous convie la 37e édition de cette foire du livre assez exceptionnelle. Ils seront nombreux encore ceux qui viendront prendre un bain de foule fort agréable dans une atmosphère où les mots ont encore tant à dire dans une société qui surchauffe malheureusement trop souvent à coup d’onomatopées.

Des livres pour tous les goûts et de tous les formats! Grand événement annuel, le Salon du livre de Montréal 2014 ouvre ses portes ce mercredi 19 novembre. Nous en aurons encore plein la vue cette année et nous serons tentés par les milliers de bouquins qui s’offrent à nous. Dire qu’il y a quelques années, devant l’apparition d’Internet, plusieurs prédisaient la mort du livre. En ce 37e anniversaire, ce salon est devenu un incontournable de l’automne avec près de 1500 romanciers, poètes, essayistes, illustrateurs et bébéistes. C’est la passion du livre qui se manifeste dans toute sa créativité, le goût de rencontrer les auteurs de chez nous et d’ailleurs, la joie de dénicher quelques trouvailles qui occuperont de douces soirées d’hiver.

Lire la suite de cette entrée »

Des placements

La foi demande du courage. Elle exige de prendre des risques.

Voici quelques exemples. Jésus a donné la première place aux personnes. Celles-ci doivent rester aux premiers rangs dans notre vie. Si, en défendant un faible, je risque de perdre sur mon capital social, je dois accepter ce risque. Ma foi l’exige.

Entre le confort que je pourrais m’offrir avec des économies et l’aide à apporter à un pauvre, je dois choisir d’aider le pauvre. Ma foi l’exige.

Devant une injustice, je ne peux me permettre de me taire. Le silence serait une démission pour ma foi.

Lire la suite de cette entrée »

J’ai vu l’amour de Dieu

Je vais vous raconter une expérience que j’ai vécue une nuit: j’ai rêvé à l’amour de Dieu. Je dormais profondément lorsqu’un triangle de lumière est apparu sous mes pieds et m’a soulevé. Sa clarté inondait mon corps d’une bonté et d’une douceur sans pareille. Cette lumière m’a bercé longtemps, par pure miséricorde. J’étais ravi. En réponse à cet amour, je murmurais : « Je t’aime, Jésus. Je t’aime ». Il me semblait que cette lumière bienfaisante ne pouvait être que lui, le Dieu fait homme, qui a pris notre chair pour la revêtir des lueurs de Pâques. C’était tellement incandescent, aérien, gracieux, que je ne voulais pas quitter cet état de pure béatitude. Le psalmiste a bien raison quand il écrit : « Dieu comble son bien-aimé quand il dort » (126, 2)

triangle-de-Dieu

Lire la suite de cette entrée »

Ma rencontre avec Marthe Robin

Le 7 novembre 2014, le pape François autorisait la Congrégation pour la Cause des Saints à promulguer un décret reconnaissant l’héroïcité des vertus de Marthe Robin (1902-1981). Cette laïque stigmatisée, fondatrice des Foyers de Charité, est maintenant déclarée « vénérable », un pas important vers la béatification.

Marthe Robin Lire la suite de cette entrée »

Souvenir et coquelicot rouge

Novembre bat son plein, les températures chutent rapidement ces jours-ci et la neige semble impatiente de recouvrir de sa blancheur notre coin de pays. Quelques régions de la province ont déjà reçu avec étonnement des accumulations assez considérables. Quoi qu’il en soit, nous voyons depuis quelques jours de nombreux Canadiens arborer à la boutonnière, comme à tous les ans, un coquelicot rouge. C’est le Jour du Souvenir ! Mais de quoi faut-il se souvenir?

Le 11 novembre, journée de reconnaissance dans tout le pays, pour faire mémoire du sacrifice de milliers de Canadiens morts à la guerre. En fait, ce jour commémore l’armistice qui mit fin à la Première guerre mondiale par la signature d’un accord de paix le 11 novembre 1918 à Compiègne en France. Saviez-vous qu’il y a pas moins de 100 000 Canadiens qui sont tombés au champ d’honneur lors de conflits mondiaux et cela au nom de la liberté. Noble cause qui a fauché une jeunesse promise à un brillant avenir et décimé des familles entières. Malheureusement, tout cela n’a pas signifié la fin des conflits pour autant. De nombreux combats font rage sur la planète Terre, alors que la majorité des habitants aspirent pourtant à un climat de paix.

Lire la suite de cette entrée »

D’abord servir

Souvent, dans les évangiles, Jésus conteste le comportement des pharisiens et des scribes. Il ne ménage pas ses mots. Au contraire. Toutefois, je n’ose pas applaudir. Ne m’arrive-t-il pas de mériter les blâmes du Seigneur? Moi-même comme ceux et celles qui lisent ce billet, sans doute. En chacun de nous se cache un pharisien à la recherche de places d’honneur. Ou un scribe qui veut imposer ses idées. Peut-être même un dictateur en quête de pouvoir. Nous aimerions que tout marche selon nos plans.  Que nos désirs aient la priorité. Nous voudrions maîtriser notre environnement immédiat, soumettre les autres à notre volonté, pouvoir faire à notre tête, être obéis. Etc.

Bien sûr, nous n’étalons pas nos travers ostensiblement. Nous ne nous accusons pas publiquement. Mais au fond de nous-mêmes, nous prenons conscience de temps à autre de ces petits et grands défauts qui nous habitent. Et qui font notre honte!

Lire la suite de cette entrée »

Dernier jour du Metropolis 2014 à Milan

De notre correspondante à Milan, Alessandra Santopadre  (cf. Jour 1)

Metropolis 2014
Dernier jour….

Metropolis Conférence 2015

Les dernières conférences ont abordé de façon très spécifique les liens entre le phénomène de la migration et du développement, entre la migration et la religion, et enfin entre la migration et le monde des media.

Il faut pousser la réflexion sur les liens entre migration et religion…La place de la religion n’a été pas prise en considération au départ, dans l’analyse du processus de migration. La spiritualité et la religion sont une aide concrète pour les immigrants dans leur recherche de réponse à leurs besoins, et pour faire face aux difficultés et aux changements au quotidien.

Aujourd’hui, la présence de minorités religieuses est ressentie dans la société d’accueil comme un choc de cultures, et à cause de cela l’opinion et les débats publics leur réservent davantage d’attention. Mais quel rôle joue la religion dans le processus de la migration? La religion, tout en étant un élément de support et d’intégration du migrant dans la société d’accueil, peut aussi jouer un rôle fondamental  dans le fait de favoriser le dialogue avec les acteurs principaux de la vie sociale.

Il ruolo della religione

Il ruolo della religione

Dans d’autres cas, la religion peut être un facteur de division qui favorise l’auto-ségrégation du migrant et la fragmentation du tissu social.

Voici pour finir quelques chiffres de ce METROPOLIS 2014 : 5 jours de travail; 8 conférences plénières; 84 ateliers; 720 participants…mais aussi des temps de partage et de sensibilisation, des périodes de questions, des pistes de réflexion et de solution, des rencontres, un lieu de prises de position, le début ou la poursuite d’une réflexion, d’un engagement à construire et à lutter pour et avec les immigrants…

Et je vous donne rendez-vous au Metropolis 2015: au Mexique, du 7 au 14 septembre!

 

Et vous qu’en pensez-vous?
Vos commentaires sont les bienvenus!

 

Jour 2 en direct de Milan: sur les migrants

Migration=Energy for the planet feeding cultures

Migration=Energy for the planet feeding cultures

De notre correspondante, Alessandra Santopadre:

Les thématiques d’aujourd’hui au colloque ont été très intéressantes. Retenir tout n’est pas possible, mais il y a quelques idées qui ont retenu mon intérêt. Il faut commencer à regarder, réfléchir et vivre la « diversité » qu’apportent les immigrants dans le pays d’accueil comme un « avantage concurrentiel ».

Les immigrants doivent être vus et considérés non pas comme des personnes qu’il faut aider, mais plutôt comme « des nouveaux joueurs » capables d’un potentiel particulier, dans une société plurielle; ils ne sont pas des objets à intégrer, mais des acteurs qu’il faut inclure dans le processus de construction de la société. Pour réussir ce processus, il faut placer les immigrants et les résidents locaux dans la situation de réaliser leur projet de vie ensemble, en participant de façon responsable à l’édification du bien commun.

Je conclurai avec le témoignage d’un rapporteur du Mexique. Il a crié son désespoir, sa souffrance et sa rage devant ce que vivent ses concitoyens au quotidien au Mexique : « Ils sont dépouillés, enlevés, mutilés et tués, dit-il. Nos droits sont bafoués, tout est dans les mains du Cartel de la drogue et le gouvernement ne fait rien. Nous vous demandons de nous aider à sortir de cette situation inhumaine où il n’y a plus de liberté, où les personnes ne valent plus rien. C’est un mensonge de dire que le Mexique est un pays sécuritaire… »

Jour 1 en direct de Milan: à l’écoute des migrants et des réfugiés!

Metropolis 4 novembre 2014

Alessandra

De notre correspondante à Milan,
Alessandra Santopadre, agente de pastorale sociale à Montréal

Le colloque mondial sur la migration a commencé à Milan.  Autour de 720 personnes provenant de différents pays, parlant différentes langues, de cultures et aux attentes variées, se sont rencontrées aujourd’hui à Milano Fiera pour écouter, réfléchir et donner des pistes de solution à différents aspects du phénomène de la migration dans le monde.

Metropolis est un moment important de rencontre entre les institutions publiques et privées, le monde académique et la société civile, pour analyser le phénomène de la migration au niveau mondial.

Une question posée dans la matinée est restée dans ma mémoire: « UNDOCUMENTED MIGRANTS : TO SERVE OR NOT TO SERVE? »

Milan 4 novembre 2014

Milan 4 novembre 2014

On a pris en considération les changements que la situation des migrants irréguliers demande aux villes mais aussi aux gouvernements pour répondre à leurs besoins et leur permettre l’accès aux services, de même que la tension suscitée pour faire se rencontrer la réponse à ces besoins et l’application du contrôle de l’immigration.

….Peut-être faudrait-il prendre en considération le fait que ces personnes sont des êtres humains, donc avec des « besoins », plutôt que de considérer en premier leurs « statuts ».

 

A suivre …

 

 

Quand la peur nous habite!

La peur, une émotion forte qui chamboule parfois nos vies. Le Canada vient de vivre le 22 octobre dernier un choc brutal. Le pays n’est vraiment pas à l’abri d’attaques terroristes. Les événements tragiques survenus sur la colline parlementaire à Ottawa furent saisissants et portent à une réflexion en profondeur sur les valeurs qui nous animent, sur les engagements militaires offensifs que nous menons et sur le support que nous offrons à nos jeunes en quête de points de repères. Un événement tragique qui a fait le tour de la planète et dont nous ne mesurons pas encore l’ampleur des répercussions. Le secrétaire d’État américain lui-même, John Kerry, vient d’effectuer une visite officielle la semaine dernière à Ottawa dans le but de transmettre de vive voix les condoléances et l’appui de l’administration Obama à la population canadienne. Le terrorisme fait peur, plus qu’on peut se l’imaginer.

Lire la suite de cette entrée »