Open/Close Menu 375 ans de présence catholique à Montréal !
               

À l’orée des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, Christian Rioux, journaliste au journal Le Devoir, explore en quatre volets les grands courants qui l’ont forgée.

Parmi les vingt tableaux de Cité Mémoire, cette grande fresque historique projetée sur les murs du Vieux-Montréal à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, aucun ne représente véritablement la fondation de Montréal. En attendant l’épisode sur Jeanne Mance prévu pour 2017, on y parle d’une esclave noire, du premier bourreau de Ville-Marie et des bordels de la Main. Les racines profondément religieuses de Montréal sont à peine évoquées dans un tableau sur l’orphelinat des Soeurs grises fondé par Marguerite d’Youville. Et pourtant, il y a peu de villes au monde, et aucune de cette importance, qui fut le fruit d’une telle aventure mystique.

À côté de la fondation de Montréal, celles de Jamestown et de Plymouth, aux États-Unis, demeurent anecdotiques. C’est pourtant le même rêve que celui des Pilgrim Fathers qui y préside, explique l’historienne Catherine Marin, maître de conférences à l’Institut catholique de Paris. À la différence près que les Pilgrims furent forcés de quitter l’Angleterre et que rien ne forçait les Montréalistes à quitter la France.

« On va en Amérique fonder une nouvelle Jérusalem, dit l’historienne, car on est convaincus que le Canada est une terre promise qui va permettre de refonder l’Église primitive. L’historien français Georges Goyau a fort justement parlé de “l’épopée mystique du Canada”. Un terme d’ailleurs repris par Jean-Paul II lors de sa venue à Montréal en 1984. »

Lire la suite de l’article ici

Écrire un commentaire:

*

Votre courriel restera confidentiel

© Église catholique à Montréal 2016- Tous droits réservés

Suivez-nous :