Accueil - Église catholique à Montréal > Actualité > Dossiers > Saint Frère André > La Toussaint 2010 inclut un saint bien de chez-nous

La Toussaint 2010 inclut un saint bien de chez-nous

MONTRÉAL - Un nouveau saint canadien fera partie de ceux et celles pour qui les catholiques rendront grâces à Dieu et qu'ils prieront en la fête de la Toussaint, cette année.
 
Saint Frère André, qui a fondé l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, a été canonisé par le pape Benoît XVI à Rome, le 17 octobre dernier, et depuis lors, l'enthousiasme suscité par cette canonisation ne s'est pas démenti. Le 30 octobre dernier en sol canadien, au Stade Olympique de Montréal, le grand rassemblement pour le frère André a attiré près de 50 000 personnes venues de partout à travers le Canada et les États-Unis. 
 
Le cardinal délivre l'homélie lors de la messe d'action de grâce pour la canonisation du saint frère André. (Photo : VU)Le Stade Olympique abrite habituellement les joutes de football et les foires commerciales de tous genres. En cette occasion, il a fait office de plus grand lieu de rassemblement liturgique au pays. À la fois empreinte de piété et de joie enthousiaste, la célébration de deux heures comportait une foule d'éléments en lien avec la vie et l'œuvre de l'humble frère de la communauté de Sainte-Croix. 

FOULE EXUBÉRANTE 
 
Principalement en langue française, la célébration a débuté par le tintement de la cloche originale de la première chapelle construite par le frère André pour honorer saint Joseph. 
 
Winston McQuade, ancien animateur à la télévision de Radio-Canada, tenait le rôle de maître de cérémonie et a présenté la populaire Québécoise Chantal Pary, qui a interprété la chanson Le Miracle de la Montagne qu'elle avait composée pour la béatification du frère André, en 1982. La foule a applaudi avec enthousiasme alors qu'elle l'entraînait dans le refrain bien connu.
 
Chantal Pary était accompagnée par le réputé violoniste Alexandre Da Costa et l'ensemble à vents du Collège Notre-Dame, l'établissement scolaire où le frère André a été portier pendant plus de vingt ans.

La cloche a à nouveau retenti pour indiquer le début de la célébration et l'assemblée s'est levée pour se joindre aux Petits Chanteurs du Mont-Royal, la chorale de jeunes de l'Oratoire, pour le chant d'entréeLa procession comprenait 58 évêques canadiens, plus de 100 prêtres et près de 200 jeunes. En fin de file se trouvait un nouveau et plus petit reliquaire du frère André - contenant des parcelles de son cœur - porté par des frères de la communauté de Sainte-Croix et accompagné par des membres de sa famille élargie. Les concélébrants ont vénéré les reliques avant qu'elles ne soient placées au pied de l'autel. 
 
L'Archevêque de Montréal, Monsieur le Cardinal Jean-Claude Turcotte, était président d'assemblée. Parmi les concélébrants principaux mentionnons l'Archevêque Pedro Lopez Quintata, Nonce apostolique au Canada, et NN. SS. Martin Veillette et Pierre Morissette, présidents respectifs de l'Assemblée des Évêques Catholiques du Québec et de la Conférence des Évêques Catholiques du Canada. Quatre Pères de la communauté de Sainte-Croix concélébraient également : les Pères Richard Warner, supérieur général, Mario Lachapelle, vice-postulateur pour la cause du frère André, Claude Grou, recteur de l'Oratoire et Jean-Pierre Aumont, supérieur provincial de la communauté.
 
UN PAYS DE SAINTS 
 
Lors de la procession d'entrée, l'assemblée a prié une litanie des saints et saintes, bienheureux et bienheureuses du Canada : Saintes Marguerite Bourgeoys et Marguerite D'Youville, les Saints-Martyrs canadiens, les Bienheureux et Bienheureuses François de Laval, Kateri Tekakwitha, Émilie Tavernier-Gamelin, Louis-Zéphirin Moreau, Catherine de St. Augustin, Marie-Anne Bondin, Marie de l'Incarnation, Frédéric Jansoone, Marie-Rose Durocher, Dina Bélanger et Marie-Léonie Paradis, également le fondateur de la communauté de Sainte-Croix, le Français Basile Moreau. 
 
La litanie s'est terminée par le nom du plus récent saint canadien : Frère André. Lorsque celui-ci a été mentionné, l'assemblée en foule s'est mis à applaudir et à agiter des foulards blancs dans l'air. Les jeunes et les handicapés - les deux groupes chers au frère André et au centre de sa mission - étaient assis à proximité de l'autel. 
 
Avant la prière d'ouverture, le Père Grou a officiellement salué les dignitaires et le Nonce apostolique a transmis le message du Saint-Père à la foule et a parlé des vertus du frère André. Une sœur de Sainte-Croix a proclamé la première lecture (Lettre de Pierre 4, 7-11) et le diacre Michel Desjardins qui est en charge des préparations au mariage à l'Oratoire, a proclamé l'Évangile (Mathieu 11, 25-30). 
 
UN SAINT DE « CHEZ NOUS » 

Le Cardinal Turcotte a prononcé l'homélie, à la fois simple et touchante. À huit reprises, la foule enthousiaste l'a interrompu d'un flot d'applaudissements et d'une volée de foulards, en accord et en appréciation des différents aspects de son homélie. 
 
« L'Église ne canonise jamais quelqu'un uniquement pour ce qu'il a été et a vécu autrefois, elle le canonise aussi pour ce qu'il a à dire et à montrer aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui », a-t-il dit. « Il a d'abord à nous dire et à nous montrer qu'une vie est belle et féconde quand elle est mise à l'écoute et au service des autres ». 
 
« Ce n'est pas un petit saint qui vient d'être canonisé,  mais un grand,  un très grand. Ce très grand saint - le frère André - est de chez nous » a-t-il ajouté sous une pluie d'applaudissements. 
 
« Prie pour nous... » a-t-il imploré le frère André au nom de l'assemblée, à la fin de son homélie, « prie pour que nous soyons des femmes et des hommes d'écoute et de compassion, des femmes et des hommes qui aiment Dieu d'un grand amour parce qu'ils se savent  beaucoup aimés de lui ». 
 
En plus du pain et du vin, la procession des offrandes comportait également une petite valise noire que le frère André emmenait avec lui lors de ses fréquents voyages; de larges cierges votifs, représentant toutes les chandelles allumées par les pèlerins de l'Oratoire et par ceux des autres sanctuaires à travers le monde; de l'huile de Saint-Joseph, dont le frère André se servait pour apporter aux malades et aux handicapés espoir, réconfort et même guérison; des fleurs, représentant les nombreux artistes qui ont apporté de la beauté à l'Oratoire; et, finalement, des béquilles, représentant tous ceux et celles qui ont été guéris à l'Oratoire, grâce à l'intercession de saint Joseph. 
 
Après la distribution de la communion, l'assemblée a chanté une hymne à saint Joseph et le cardinal a donné une bénédiction apostolique au nom du pape. L'assemblée a chanté une hymne de sortie en l'honneur du Saint frère André alors que le reliquaire ouvrait la procession de sortie à la tête des concélébrants et des autres membres du clergé, hors de l'enceinte du Stade Olympique. 
 
Parmi les dignitaires présents à la célébration se trouvaient le Premier Ministre du Canada, Stephen Harper, le Premier Ministre Québécois, Jean Charest et le Lieutenant Gouverneur du Québec, Pierre Duchesne. Le Premier Ministre Harper s'était arrêté à l'Oratoire en fin d'avant-midi, pour une visite à la tombe du frère André. 
 
LA PAROISSE NATALE DU FRÈRE ANDRÉ ACCUEILLE LE RELIQUAIRE 
 
Le reliquaire utilisé lors de la célébration a été par la suite transporté au diocèse de Saint-Hyacinthe, lieu de naissance du frère André. Il y restera pour les prochains mois, tout d'abord en la cathédrale et, par la suite, en l'église paroissiale de Mont Saint-Grégoire - lieu du baptême du frère André - pour la vénération des citoyens locaux. 
 
En janvier prochain, le diocèse de Saint-Hyacinthe, en collaboration avec l'Oratoire, commencera à planifier une tournée du reliquaire.  Le reliquaire original, plus gros, contenant le cœur, demeure en l'Oratoire Saint-Joseph, à Montréal. 
Dans le cadre des célébrations locales additionnelles, une messe spéciale était planifiée aujourd'hui - jour de la Toussaint - pour souligner l'accession du frère André à la confrérie des Saints et Saintes.

Laura Ieraci 

Revenir