Une consécration, c'est quoi au juste?

Une consécration au Sacré-Cœur de Jésus, tout comme une consécration au Cœur immaculé de Marie, que ce soit de manière privée ou de manière publique, constitue un rituel qui a pour but d'amener les fidèles à une prise de conscience renouvelée et à une relance de leurs engagements chrétiens en vue de toujours mieux témoigner de l'amour miséricordieux du Christ dans le monde d'aujourd'hui.

Pour bien comprendre la réalité d'une « consécration », il faut se rappeler que la première consécration de tout fidèle du Christ, se fait par le baptême. C'est LA consécration fondamentale par laquelle, en réponse à l'Amour du Christ qui s'est donné pour nous, une personne se donne à Lui en retour et devient chrétienne. Dès lors, même si on a pu être baptisé très jeunes, à travers l'engagement des parents que chacun ratifiera librement plus tard, que tout baptisé devient membre du Corps mystique du Christ qu'est l'Église.

Le baptême n'est donc en rien un geste magique qui fonctionnerait sans notre libre participation; c'est un engagement par lequel chaque personne change radicalement l'orientation de sa vie, avec les répercussions sur soi-même, sur les proches et sur le monde dans lequel elle vit. Toutes les consécrations subséquentes que l'on peut recevoir au cours de notre vie se font dans le but de renouveler et de renforcer cet engagement fondamental, à la manière des époux qui renouvellent les promesses de leur mariage à l'occasion d'un jubilé. Les personnes, les choses ou les temps, « consacrés » comme les ministres du Seigneur, les églises, les objets et les jours de fête et les dimanches, le sont tous en fonction de la personne vivante du Christ, de son culte et de sa mission.

L'acte de consécration de l'archidiocèse de Montréal au Sacré-Cœur de Jésus, par l'intercession du Cœur immaculé de Marie (... comme « l'incarnation fût précédé par une acceptation de la part de cette Mère prédestinée, en sorte que, une femme ayant contribué à l'œuvre de mort, de même une femme contribuât aussi à la vie. » Lumen Gentium 56) sera d'abord précédé par la rénovation des promesses du baptême par les fidèles réunis à la cathédrale puis officiellement proclamé par l'Archevêque, au nom de tous les diocésains et diocésaines, en termes qui exprimeront le désir de tous de répondre d'une manière nouvelle à l'amour du Christ Jésus.

Par cet acte solennel, par ce geste de consécration, le pasteur du diocèse parlera au nom de tout son peuple. Cela rappelle la promesse que reçue Moïse autrefois : « Aujourd'hui, tu seras un peuple consacré au Seigneur » (Dt 26,19) et la prière de Jésus lui-même : « Père, consacre-les par la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, consacrés par la vérité. » (Jn 17, 17-19).

Enfin comment ne pas rappeler cette suprême demande de Jésus, juste avant son arrestation : « Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi je sois en eux. » (Jn 17, 24-26).


Abbé Robert J. Gendreau

Directeur du Service de pastorale liturgique

Commentaire

*
*
Quelle est la somme de 6 et 5?*

Revenir