Accueil - Église catholique à Montréal > Actualité > Dossiers > Chroniques de Rome > Quand le ciel a rendez-vous avec la terre

Quand le ciel a rendez-vous avec la terre

12 mars 2013

Dès 8h30 ce matin, le cardinal Turcotte fait son entrée à la maison Sainte Marthe en vue de sa participation au conclave. Le cardinal est un homme méticuleux. Ses bagages étaient bouclés hier soir et il était près à partir tôt pour éviter la cohue. J'ai même hérité de son légendaire pot de beurre d'arachides!

Il faut se représenter une centaine de cardinaux, sans compter les non conclavistes, qui se présentent avec armes et bagages, pratiquement tous en même temps. Je crois vivre une reprise de l 'émission «la croisière s'amuse». Les cardinaux, revêtus de leur habit de chœur rouge, sont contrôlés sérieusement à l'entrée.  

La partie la plus comique de l'opération se déroule toutefois au sous-sol où les bagages doivent être inspectés et passés aux rayons X. Vous avez peut-être vécu l'expérience des contrôles de sécurité à notre aéroport international. Vous vous rappelez certainement la joyeuse cohue qui y prévaut. Transposez maintenant tout cela sous le ciel de Rome (chargé de nuages orageux), ajoutez-y un régiment d'accompagnateurs ensoutanés tirant des valises ayant peine à entrer dans la «machina», le tout agrémenté de bras levés vers le ciel, et vous aurez une idée générale de l'atmosphère qui y règne.

Mais tout finit par se placer et nous avons finalement traversé la place pour nous rendre dans la basilique, domaine incontesté des cérémoniaires. Rien n'est laissé à l'improvisation. Tout est à sa place et les religieuses sacristines veillent au grain. La procession d'entrée s'ébranle à 10h pile et c'est le début de la messe inaugurant le conclave. La basilique est pleine, de même que la place Saint Pierre où la nature se déchaîne encore une fois. La pluie tombe drue, et nous avons droit à de retentissants coups de tonnerre. De quoi laisser songeur ceux qui tentent d'y voir de mauvais présages. Mais comme de nombreux pèlerins l'ont souligné aux journalistes présents, «Dieu est plus fort que la pluie, la grêle et el tonnerre».
 
Ce soir, la fumée est noire.

Richard Saint-Louis, d.p. 

Commentaire

*
*
Veuillez additionner 8 et 8.*

Revenir