Un colloque sur les migrants et les réfugiés - Accueil - Église catholique à Montréal

Un colloque sur les migrants et les réfugiés

2018-05-28

Les nombreux intervenants de ce colloque réunis au Grand Séminaire de Montréal. (Photo : Alessandra Santopadre)Du 14 au 16 mai dernier, le diocèse de Montréal, en collaboration avec le Grand Séminaire de Montréal, a organisé un Colloque sur les enjeux sociaux et ecclésiologiques de l'accueil des migrants et réfugiés dont le thème était : « Plus de ponts moins de Murs ».


Grâce à la présence du Père Fabio Baggio, sous-secrétaire de la Section « Migrants et Réfugiés » du Dicastère pour le Service de développement humain intégral, de nombreux prêtres et participants ont eu la possibilité de réfléchir sur les 4 verbes que le pape François nous propose face aux défis complexes que représentent les flux migratoires contemporains pour les autorités politiques, la société civile et l'Église, qui exigent que l'on réponde de façon encore plus urgente et de manière coordonnée et efficace.  

Ces verbes sont :  

ACCUEILLIR :
Signifie avant tout offrir aux migrants et aux réfugiés un accès sécuritaire et légal dans les pays d'accueil. Un changement d'attitude est urgent, pour surmonter l'indifférence et préférer aux craintes une attitude généreuse d'accueil envers ceux qui frappent à nos portes.  

PROTÉGER :
désigne une série d'actions pour la défense des droits et de la dignité des migrants ainsi que des réfugiés, indépendamment de leur statut migratoire. Protéger ces frères et sœurs est un impératif moral à traduire en adoptant des instruments juridiques, internationaux et nationaux, clairs et pertinents.  

PROMOUVOIR :
Veut dire la mise en place d'un environnement où les migrants, les réfugiés ainsi que les communautés d'accueil peuvent s'épanouir selon toutes les dimensions composant l'humanité voulue par le Créateur. La promotion humaine des migrants et de leurs familles commence par les communautés d'origine, là où doit être garanti, avec le droit de pouvoir émigrer, également le droit de ne pas devoir émigrer, c'est-à-dire le droit de trouver dans sa patrie des conditions qui permettent une réalisation digne de l'existence.  

INTÉGRER :
Corresponds à l'occasion d'enrichissement interculturel présenté par les migrants et les réfugiés. L'intégration n'est pas l'assimilation qui conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle. Le contact avec l'autre doit au contraire viser à en découvrir le «secret», à s'ouvrir à lui pour en accueillir les aspects valables et contribuer ainsi à une plus grande connaissance de chacun.  
 
La migration est un phénomène pas un problème. Nous ne pouvons pas ignorer les défis, mais nous pouvons reconnaître les opportunités. Les migrants et les réfugiés nous aident à renouveler notre mission et la mission de nos communautés !

Revenir

Commentaires



Commentaire de raul garcia | 2018-05-30

Magnifique! nous avons besoin d'une pastoral intercuturelle

*
*
Quelle est la somme de 8 et 8?*