La CECC écrit aux peuples autochtones du Canada

2018-04-03

Mgr Lionel Gendron, président de la Conférence des évêques du Canada et évêque du diocèse Saint-Jean-Longeuil(CECC) Le président de la Conférence des évêques du Canada, Mgr Lionel Gendron, P.S.S., a publié une lettre aux peuples autochtones du Canada. Celle-ci indique qu'après avoir soigneusement examiné l'appel à l'action 58 de la Commission Vérité et Réconciliation, et discuté longuement la question avec les évêques du Canada, le pape François a jugé qu'il ne pouvait y répondre personnellement.


Dans la lettre rédigée au nom des évêques catholiques du Canada, le Président reconnaît que les évêques catholiques doivent améliorer les relations avec les peuples autochtones en vue de la guérison et de la réconciliation. Il rassure aussi les peuples autochtones que les évêques éprouvent un grand respect à leur endroit.

Faisant explicitement référence à l'appel à l'action 58 de la Commission de Vérité et Réconciliation, la lettre adressée aux peuples autochtones stipule : «...conscient de votre douleur, il [le Pape] a encouragé les évêques à continuer de s'engager dans un travail intensif de pastoral visant la réconciliation, la guérison et la solidarité avec les peuples autochtones, et de collaborer dans des projets concrets en vue d'améliorer la condition des Premiers Peuples... Dans ce contexte, une visite papale pourrait être envisagée dans le futur, qui tiendrait compte de toutes les circonstances, y compris une rencontre avec les peuples autochtones comme l'une de ces principales priorités. »

Les évêques du Canada sont convaincus, eux aussi, qu'il importe avant tout de faire davantage au niveau local, en matière de rencontres authentiques pour discuter de l'aide et de la souffrance, des rêves et des aspirations, des besoins et des traditions des peuples autochtones.

Le Gouvernement du Canada avait signé des ententes avec un certain nombre d'organismes catholiques pour assurer le fonctionnement des anciens pensionnats indiens. Depuis le début des années 1990, des évêques et des supérieurs religieux catholiques ont présenté leurs excuses pour les souffrances qu'ont connues des enfants autochtones dans ces établissements. Le pape saint Jean-Paul II, lors de ses visites au Canada en 1984, 1987 et 2002, a rencontré les peuples autochtones et a confirmé l'importance de leurs cultures et de leurs traditions, tout en reconnaissant les erreurs commises par certains membres de l'Église catholique. En 2009, le pape Benoît XVI a exprimé sa peine pour leur douleur et leur souffrance. En 2015, le pape François a demandé pardon aux peuples autochtones des Amériques pour les abus qu'ils ont subis, et en 2018, il a demandé aux « instances institutionnelles de respect, de reconnaissance et de dialogue » avec les peuples autochtones.

En 2012, sainte Kateri Tekakwitha, femme mohawk et algonquine, a été canonisée et les catholiques l'invoquent comme la « protectrice du Canada ».

Lien à la lettre aux peuples autochtones du Canada

Revenir

Commentaires



Commentaire de Fernand Desjardins | 2018-04-04

Le contenu de la letter du president de la C.É.C.C. est, on ne peut plus mieux.
Le silence de reconnaissance à l'endroit des religieux et religieuses qui y ont oeuvres, et qui n'ont pas eu droit de parole, laisse un grand vide de la vérité objective. Espérons que l'hisoire saura leur render justice..


Commentaire de MICHELLE-ANGE | 2018-04-04

Merci beaucoup de cette information qui vient compléter et atténuer la portée de cette insistance médiatique quant à cette demande spéciale faite au «Pape François» de la part du premier ministre Trudeau...Vous nous illustrez ainsi le bien fondé de «ses propos» par l'entremise du CECC. Il serait même souhaitable que votre information devienne davantage publicisée pour mieux éclairer la société canadienne de ce qui est véhiculé dans les médias....

*
*
Quelle est la somme de 8 et 2?*